ACHETEZ VOS PLACES EN LIGNE


J -52 AVANT LA FERIA DE PENTECÔTE : EMILIO DE JUSTO EN ÉTAT DE GRÂCE


  • Sébastien CASTELLA (corridas des samedi 18 et dimanche 19 mai face aux toros de Garcigrande et Victoriano del Río) : le matador biterrois a excellé samedi dernier dans les arènes de Pozoblanco (Cordoue) lors de la corrida d’Álvaro Núñez. Auteur de deux faenas douces et cadencés, le torero français a obtenu l’oreille des 1er et 4e toros de la course, avant de sortir en triomphe aux côtés de José María Manzanares II et Andrés Roca Rey.  
  • Alejandro TALAVANTE (corrida du vendredi 17 mai face aux toros de Juan Pedro Domecq) : le torero extremeño a signé une très belle partition de toreo, samedi dernier à Almendralejo (Badajoz). Particulièrement inspiré, le protégé de Simon Casas officiait au poste de chef de lidia après avoir pallié le forfait de Morante de la Puebla.

Proposant un haut niveau de toreo ainsi qu’une régularité renforcée dans le succès, Alejandro Talavante s’est distingué par la sensation de ses cambios dans le dos et la pureté de sa main gauche, obtenant l’oreille de ses deux toros de Juan Pedro Domecq.

À l’issue de la corrida, Talavante a ouvert la Grande porte des arènes aux côtés d’Emilio de Justo et Juan Ortega.

  • Emilio de JUSTO (corrida du dimanche 19 mai face aux toros de Victoriano del Río) : samedi dernier, le matador de toros espagnol a excellé sur ses terres d’Almendralejo (Badajoz), profitant pleinement du jeu donné par la corrida de Juan Pedro Domeq.

Déjà crédité des deux oreilles du 2e toro de l’après-midi, le torero cacereño a obtenu les trophées symboliques à l’issue d’une faena des plus intenses devant l’excellent 5e juampedro, « Nudista », n°99, qui a été gracié. Clin d’œil du destin, ce toro n’était pas titulaire. Sobrero venant pallier le remplacement du toro initialement tiré au sort, « Nudista » s’est démarqué par son niveau de bravoure.

Triomphateur aux côtés d’Alejandro Talavante et Juan Ortega, Emilio de Justo a prolongé sa dynamique du succès, 24 heures plus tard, en ravissant deux trophées devant le 4e toro de la corrida de Garcigrande à Arenas de San Pedro (Ávila). Auteur d’une lidia admirablement composée, le matador de toros espagnol a partagé la sortie en triomphe avec Juan Ortega et Andrés Roca Rey.

Mardi, Emilio de Justo avait entamé sa semaine taurine à Valencia, lors de la corrida de clôture des Fallas. Héritant d’un lot sans options de succès de Montalvo, le torero natif de Cáceres avait écouté le silence par deux fois.

  • Andrés ROCA REY (corrida du samedi 18 mai face aux toros de Garcigrande) : le torero péruvien s’affirme plus que jamais comme le leader incontournable de cette temporada 2024. À la fois régulier dans les triomphes et auteurs de prestations placées sous le sceau de l’émotion, Roca Rey réaffirme au quotidien son statut de vedette mondiale de la tauromachie.

Samedi 23 mars, sur le sable de Pozoblanco (Cordoue), Roca Rey n’a pas fait de demi-mesure face aux toros d’Álvaro Núñez. Deux oreilles ont récompensé chacune de ses deux faenas, extraordinaires de pouvoir et de transmission. Comme cela avait déjà été le cas le dimanche précédent à Valencia, une grande partie du public a réclamé la grâce du 3e toro de la corrida, divinement toréé par Roca Rey.

En conclusion, le brave « Tortolito » a été récompensé d’une vuelta posthume. Triomphateur absolu de cette course enthousiasmante, Roca Rey a ouvert la Grande porte avec ses deux compagnons de cartel, José María Manzanares II et Sébastien Castella.

Le lendemain, Andrés Roca Rey a réédité sa performance numérique de Pozoblanco en s’illustrant à Arenas de San Pedro. Quatre autres oreilles ont récompensé une partition XXL de toreo devant un lot important de Garcigrande. Nouvelle sortie en triomphe pour le Péruvien aux côtés d’Emilio de Justo et Juan Ortega.

Emilio de Justo dans le patio de cuadrillas d’Almendralejo, le samedi 23 mars 2024 (crédit photo : cabinet de presse d’Emilio de Justo).