ACHETEZ VOS PLACES EN LIGNE

Voir toutes les actualités

CARTELS

CORRIDAS - TOREROS - GANADERIAS

FERIA DE PENTECÔTE 2018

Course camarguaise
Jeudi 17 mai 2018

18H00

Grand RDV du Trophée des As

Concours de manades avec « Loubard » et « Épervier » de Cuillé, « Folco » de Bon, « Mesrine » de Vinuesa, « Marquis » de Ricard, « Nîmois » de Fabre-Mailhan, « Landier » de Nicollin, face aux raseteurs Félix, Robert, Cadenas, Zekraoui, Marignan, Martin, Aliaga, Bruschet, Benafitou, Rassir.

Les grands de l’Escalafón sont conviés cette année encore au festin de Pentecôte. Les trois leaders du classement participeront ainsi à la plus emblématique des ferias nîmoises : Juan José Padilla, numéro 1 chez les matadors de toros en 2017, à l’instar de Jesús Enrique Colombo, meilleur novillero de l’année aujourd’hui devenu matador, et Léa Vicens qui a terminé en tête du classement chez les toreros à cheval. Des leaders qui encadreront des cartels de premier choix : triomphateurs dans les principales arènes espagnoles de première catégorie, les toreros de Pentecôte figurent pour 50% d’entre eux dans les 10 premiers de l’Escalafón. 

Une feria qui se déclinera à l’international avec pas moins de quatre nations représentées des deux côtés de l’Atlantique : Espagne et France pour le vieux continent, Venezuela et Pérou sur l’autre rive de l’océan. Aux côtés des principales vedettes de la tauromachie officieront révélations de la saison passée, toreros émergents et les promesses de la temporada en cours. Une feria marquée par une importante présence française avec cinq matadors de toros différents – les retours de Thomas Dufau et Juan Leal face aux mythiques toros de Pablo-Romero, qui reviennent à Nîmes après 15 années d’absence –, deux novilleros nîmois inédits – Adrien Salenc et El Rafi – sans oublier Léa Vicens pour la corrida équestre.

Une feria qui verra les adieux de Juan José Padilla au public nîmois, un torero qui aura marqué son époque et signé quelques après-midis mémorables au cœur de l’amphithéâtre. Une « der » nîmoise pour le « cyclone de Jerez » qui toréera les Núñez del Cuvillo pour la première fois de sa carrière en France. Le Lundi de Pentecôte, le public de la corrida équestre aura l’occasion de découvrir la nouvelle promesse du rejoneo en la personne de Guillermo Hermoso de Mendoza, qui, pour son premier paseo nîmois, sera accompagné par son illustre père, Pablo Hermoso de Mendoza. Une feria des « premières fois » avec Rafaelillo qui défiera sa première corrida de Partido de Resina en France après 22 ans d’alternative, sans oublier Andy Younès qui toréera pour la première fois de sa jeune carrière aux côtés d’El Juli et Sébastien Castella. Première encore pour le novillero Ángel Téllez, natif de Madrid mais originaire de Mora de Tolède, qui s’est illustré à Madrid-Vistalegre et Castellón de la Plana en début de saison. 

Quatre origines de toros différentes (Pablo Romero, Santa Coloma/Parladé, Domecq et Murube/Urquijo) composeront le plateau ganadero d’une feria qui verra le retour des Jandilla, un an après la grande corrida de clôture de l’édition 2017 et la récente grâce d’un toro lors de la Feria d’Arles par Andy Younès. Une confirmation d’alternative marquera la corrida matinale du Dimanche de Pentecôte, avec la présentation du torero vénézuélien Jesús Enrique Colombo. Une nouvelle promesse du toreo sud-américain dont le nom figurera aux côtés de sept matadors ayant passé leur alternative à Nîmes. Sept alternatives comme celles d’El Juli (1998), Juan Leal (2013), Léa Vicens (2013), Román (2014), Andrés Roca Rey (2015), Álvaro Lorenzo (2016) et Andy Younès (2017). Cinq corridas, une novillada, une corrida équestre et une course camarguaise, huit spectacles pour nourrir les rêves tauromachiques les plus fous : quinze matadors de toros, trois novilleros et trois rejoneadores pour faire chavirer l’amphithéâtre nîmois et conférer la saveur du triomphe à cette feria.