ACTUALITÉS

A la une

ÉPHÉMÉRIDES : ÇA S’EST PASSÉ UN 6 MAI

Posté le 06/05/20

- Dimanche 6 mai 2018 : Miguel Polope est désigné lauréat du Trophée Nimeño II après avoir nettement dominé la novillada sans picadors de clôture du Rendez-vous en Terre d’Afición. Auteur de la faena la plus aboutie de l’après-midi, l’élève de l’École de tauromachie de Valencia coupe l’oreille du 4e exemplaire de Jalabert. Un autre pavillon récompense également la prestation de l’Arlésien Adam Samira devant le 5e eral de Taurelle ou encore le Nîmois Solalito face au 3e exemplaire de Jalabert.

Le Valencian Miguel Polope, vainqueur de l’édition 2018 du Trophée Nimeño II lors de la journée de clôture du Rendez-vous en Terre d’Afición (crédit photo : Paul Hermé).

CRISE SANITAIRE DU COVID-19 : SOUTIEN AUX TOROS DE FRANCE

Posté le 05/05/20

Le communiqué « Soutien aux Toros de France » est le suivant : « Cette année, nous n’irons pas aux corridas. Les spectacles taurins sont annulés jusqu’en septembre dans le meilleur des cas. Pour les éleveurs de toros français et les cavaleries, pas de spectacle et pas de recette alors que leurs charges quotidiennes perdurent : leur situation est dramatique. Imaginez-vous une feria sans toro français, ni cavalerie ? Nous souhaitons les aider à passer cette année blanche exceptionnelle. Unissons-nous et remplissons une arène virtuelle en achetant des billets :

  • Sur notre page Facebook « Soutien aux Toros de France ».
  • Sur la cagnette PayPal : https://paypal.com/pools/c/8oCKTYzVGE
  • Par chèque, à adresser à : Association des Éleveurs français de Toros de combat – Parc naturel régional de Camargue – Mas du Pont de Rousty – 13200 Arles (à l’ordre de l’association).
  • Par virement bancaire sur le compte de l’Association des Éleveurs français de Toros de combat : FR76 1130 6000 0048 1212 8607 913.

Chacun peut acheter sa place, d’une entrée générale à 20 euros jusqu’à une place au premier rang, sans limitation de prix selon le don que vous souhaitez et pouvez faire en cette période difficile. L’intégralité des sommes collectées sera reversée jusqu’au dernier centime à la quarantaine d’éleveurs de toros et aux deux cavaleries, toutes régions confondues dès cet été. Nous souhaitons protéger ainsi la pérennité de nos traditions et cet écosystème fantastique. Pour y parvenir, nous comptons sur votre soutien et votre solidarité ».

La proposition est portée par un groupe d’aficionados d’âges et d’horizons différents, rassemblés par leur passion des toros : Laurent Aussel, Julie Bérard, Bruno Chabrol, Jean-Pierre Chaix, Victor Jalaguier, Gérard Labrouche, Matthieu Longépée, Florent Moreau, Rudy Nazy, Jean-Charles Roux et Sophie Sereu (crédit photo : collectif « Soutien aux Toros de France »).

SOUVENIRS DE FERIAS (2011) : DUFAU SOUS LE SIGNE DE TOMÁS

Posté le 15/04/20

En 2011, l’élevage de Jandilla se maintient dans le Top 10 des ganaderías ayant lidié le plus grand nombre de toros en corridas dans les arènes européennes. L’élevage de Borja Domecq fournit le plateau de 16 corridas, soit un total de 77 toros favorisant la coupe de 43 oreilles et 1 queue. 2 toros sont honorés d’une vuelta posthume.  

Parmi ces exemplaires figure le brave « Zurrapelo », 6e toro de la corrida matinale de Jandilla proposée aux arènes de Nîmes le dimanche 18 septembre 2011. De robe negro mulato, annoncé à 567 kilos et né en décembre 2006, ce toro de Borja Domecq va avoir les honneurs du mouchoir bleu à l’issue d’une lidia intense conduite par Thomas Dufau. Le natif de Mont-de-Marsan, qui participe à cette occasion à sa première corrida nîmoise, confirme son alternative des mains de Javier Conde, en présence de José Tomás.

A l’instar de « Laminado », 3e toro de Vegahermosa, auquel le maestro de Galapagar a coupé les deux oreilles, « Zurrapelo » manifeste ce tempérament de caste propre aux porteurs de la fameuse étoile de Jandilla. Enjoué lors de sa réception agenouillée cape en main, Thomas Dufau révèle les étincelles de charge de son adversaire. Un Jandilla qui met à la verticale le groupe équestre dirigé par Nicolas Bertoli et obtient une chute spectaculaire en guise d’illustration de sa bravoure et de sa combativité.

Après des zapopinas enjouées de la part de Dufau et un tiers de banderilles fort inspiré signé Manuel Molina, la faena démarre tambour battant. « Zurrapelo » s’engouffre dans la muleta au galop, générant ainsi de l’animation en piste et de l’émotion sur les gradins de l’auguste amphithéâtre. Main basse, le matador landais propose un toreo profond et inspiré, se hissant remarquablement à la hauteur de son brave et noble adversaire.

Tout aussi rythmées, les naturelles ne font pas baisser la faena d’intensité, bien au contraire. L’ensemble muletero va crescendo, cambio dans le dos enchaîné à un pecho semi-agenouillé avant une conclusion pleine de maîtrise par bernardinas. Terrassé d’une grande épée entière, « Zurrapelo » va combattre en brave jusque dans son dernier souffle de vie avant d’effectuer une vuelta posthume fort méritée. Thomas Dufau coupe deux oreilles et sort en triomphe par la Porte des cuadrillas, alors que José Tomás, trois pavillons en mains, prend la direction opposée, sous l’arche de la Porte des Consuls. C’est toutefois le matador montois qui aura entendu face à « Zurrapelo » les plus fortes ovations de la matinée…

Magnifique charge de « Zurrapelo » de Jandilla dans la muleta de Thomas Dufau le 18 septembre 2011 aux arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

SOLIDARITÉ : UNE CAPE DE JOSÉ TOMÁS AUX ENCHÈRES POUR LUTTER CONTRE LE CORONAVIRUS

Posté le 10/04/20

A travers sa fondation, José Tomás participe depuis des décennies à de nombreuses œuvres caritatives, notamment pour venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Le maestro de Galapagar s’est énormément investi pour des organismes de banque alimentaire ou d’aide à l’enfance, sans oublier son soutien matériel pour de nombreuses écoles taurines. Au cœur de la pandémie du Covid-19, le torero madrilène a souhaité aider plus spécifiquement l’hôpital de Guadalajara en mettant aux enchères l’une de ses capes de brega.

Jusqu’au 15 avril à 19h20, les internautes peuvent participer aux enchères dont la mise à prix a été fixée à 1.800 euros en cliquant sur le lien suivant : https://www.ebay.es/itm/Capote-Jose-Tomas-A-beneficio-del-H-U-de-Guadalajara-Donado-Fund-Jose-Tomas/283838280113?hash=item42161471b1:g:5ScAAOSwPiFeihBm

La Fondation José Tomás a annoncé que les fonds récoltés seront intégralement versés à l’hôpital universitaire de Guadalajara afin de pouvoir acquérir du matériel sanitaire. Dans le même ton, le matador de toros arlésien a proposé de fabriquer des masques de protection, à l’instar du banderillero espagnol Víctor Pérez, qui a élaboré une chaîne de travail solidaire pour produire 100.000 masques de protection dans la province de Ségovie.

José Tomás, maestro au grand cœur, met l’une de ses capes de brega aux enchères pour participer à l’achat de matériel sanitaire pour l’hôpital de Guadalajara (crédit photo : Fondation José Tomás).

ÉPHÉMÉRIDES – ÇA S’EST PASSÉ UN 9 AVRIL

Posté le 09/04/20

- Dimanche 9 avril 2017 : dans le cadre de la 3e édition du Rendez-vous en Terre d’Afición, les arènes de Nîmes sont le théâtre de la novillada sans picadors du Trophée Nimeño II, à l’initiative du Centre français de Tauromachie. Álvaro Seseña, originaire de Tolède, Geoffrey Chastel « El Pere » et Rafi Raucoule « El Rafi » se présentent au paseo afin de se disputer la 24e édition du Trophée Nimeño II face à des erales de Los Galos. Le benjamin du cartel, petit-fils de Guy Raucoule, torilero bien connu des arènes de Nîmes, se distingue en coupant quatre oreilles. Une vuelta posthume salue le jeu du 6e exemplaire et la ganadera Marie Sara est appelée à saluer en piste. La Porte des Consuls s’ouvre au Rafi alors qu’une oreille est accordé au Pere à l’issue de sa première prestation. Álvaro Seseña, fils du matador José Luis Seseña, doit se contenter d’une vuelta à l’arrastre du 4e eral.

Álvaro Seseña, El Rafi et El Pere au paseo de la novillada sans picadors de le 24e édition du Trophée Nimeño II, aux arènes de Nîmes le 9 avril 2017 (crédit photo : Anthony Maurin).

 

ANNULATION DE LA FERIA DE PENTECÔTE : COMMUNIQUÉ OFFICIEL DE SCP FRANCE

Posté le 08/04/20

La société SCP France prend acte de la décision de la Ville de Nîmes d’annuler la Feria de Pentecôte 2020 en raison de la grave crise sanitaire liée à l’épidémie du Covid-19 et se déclare bien entendu totalement solidaire de cette décision. Les mesures exceptionnelles du confinement et l’interdiction de tout rassemblement rendaient en effet impossible la préparation ainsi que l’organisation de la Feria.

Nous déplorons bien évidemment cette situation qui impacte de manière significative l’ensemble de l’économie de la cité mais l’impératif de santé publique qui doit être une priorité absolue. En fonction de l’évolution de la situation sanitaire et de la levée totale des mesures de restriction de déplacements et de regroupements, nous préparerons, en concertation avec la Ville de Nîmes, la programmation de la Feria des Vendanges 2020.

Prenez soin de vous, restez chez vous !

Simon Casas.

 

COVID-19 : LA VILLE DE NÎMES ANNULE LA FERIA DE PENTECÔTE

Posté le 08/04/20

La Ville de Nîmes vient d’officialiser l’annulation de la Feria de Pentecôte 2020 prévue du 27 mai au 1er juin. Dans un communiqué, le maire Jean-Paul Fournier justifie cette annulation en raison de « la crise sanitaire et l’incertitude qui règnent sur la sortie de crise (… ) il paraît compliqué d’imaginer plusieurs dizaines de milliers de spectateurs dans les arènes et plusieurs centaines de milliers de festaïres dans les rues à la fin du mois de mai ». Le premier magistrat invoque la sécurité et la santé de ses administrés pour soutenir le bien-fondé de cette décision.

Malgré ce, Jean-Paul Fournier souhaite se projeter dans l’avenir : « Malgré cette contrainte impérative, j’ai demandé à mes services de travailler ardemment à des solutions alternatives et je pourrai dans les prochains jours, une fois ces réunions de travail abouties, annoncer des actions pour la Feria des Vendanges (…) Je donne d’ores et déjà rendez-vous à tous les Nîmois en septembre, et j’ose espérer que l’effroyable crise sanitaire que nous traversons soit alors définitivement derrière nous » conclut le maire de Nîmes.

C’est la deuxième fois que la Feria de Pentecôte est annulée. La première occurrence remonte à l’année 1968 et aux événements du mois de mai.

 

REVUE DE PRESSE : SIMON CASAS ÉVOQUE LA CRISE SANITAIRE

Posté le 07/04/20

Après trois semaines de confinement, nul ne sait quel profil aura la temporada 2020, déjà amputée de ses ferias des mois de mars et avril. Le week-end dernier, les arènes de Nîmes n’ont pas ouvert leurs portes pour le Rendez-vous en Terre d’Afición… D’autres annonces officielles pourraient suivre dans les heures qui viennent.

Dans cet état de doute général de l’opinion quant à la poursuite du confinement et l’annulation des différents événements programmés, le quotidien régional Midi Libre a évoqué dans son édition du mardi 7 avril la possibilité de l’annulation de la Feria de Pentecôte. Dans l’article signé Frédéric Prades, le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, précise « être très pessimiste quant à la tenue de la feria et d’autres rendez-vous ». Également interrogé, Simon Casas a tenu à apporter sa solidarité à toutes les personnes touchées par cette crise sanitaire ainsi qu’au personnel soignant : « C’est en premier lieu à ceux qui luttent contre la maladie et à ceux qui les soignent qu’il faut penser. C’est un vrai drame sanitaire et social. Pour le reste… »

Pour le directeur des arènes de Nîmes, plusieurs chantiers professionnels sont mis entre parenthèses : « Frappé économiquement, je le suis comme tant d’autres, mais je ne suis pas mortellement touché » précise-t-il. Simon Casas attend la décision du maire de Nîmes quant à la tenue de la Feria de Pentecôte, « mais les conditions ne sont pas réunies pour organiser des événements de masse » analyse-t-il. Une annulation qui serait synonyme de la suppression de la première date de José Tomás, annoncé à deux reprises cette année aux arènes de Nîmes.

Sur le sujet, Simon Casas se veut rassurant : « J’ai eu l’agent de José Tomás au téléphone. Comme nous tous, il est dans l’attente (…) on sera en capacité de transformer en positif le négatif que nous subissons tous. Si on fait une Feria pour les Vendanges, alors ce ne sera pas n’importe quelle feria. Je serai à la disposition de la Ville avec plus d’une idée en tête » conclut-il.

Simon Casas fait également face aux difficultés générées par la crise sanitaire du Covid-19 (crédit photo : Anthony Maurin).

ÉPHÉMÉRIDES – ÇA S’EST PASSÉ UN 7 AVRIL

Posté le 07/04/20

- Dimanche 7 avril 2019 : dans le cadre de la 5e édition du Rendez-vous en Terre d’Afición, les arènes de Nîmes sont le théâtre de la novillada sans picadors du Trophée Nimeño II, à l’initiative du Centre français de Tauromachie. Au cartel, le tenant du titre valencian, Miguel Polope, accompagné des deux apprentis-novilleros nîmois Solal Calmet « Solalito » et Nino Julián. Le lot français, de qualité, porteur des fers de Fano et Durand, favorise la tenue d’une course fort entretenue. En ravissant l’oreille de ses deux erales, Miguel Polope obtient une sortie en triomphe par la porte des cuadrillas, tout comme Solalito, récompensé de deux pavillons à l’issue de sa seconde faena. Des vueltas saluent l’engagement très novilleril de Nino Julián. Deux ans après un autre Nîmois – El Rafi –, Solalito est déclaré vainqueur de ce 26e trophée Nimeño II de l’histoire.

Solal Calmet « Solalito » lauréat de l’édition 2019 du trophée Nimeño II (crédit photo : page FB "Los de Solalito").

REVUE DE PRESSE : LES GRANDES LIGNÉES DE JANDILLA

Posté le 06/04/20

Dans sa page taurine du jour, Jacques Durand est revenu sur l’histoire de l’élevage de Jandilla, endeuillé par la disparition récente de son ganadero, Borja Domecq Solís. Le journaliste rappelle que l’étalon « Ingresado », n°144, « mort de sa belle mort en 1997, est l’un des principaux inséminateurs de la ganadería Jandilla, créée en 1987 ». Un élevage qui a effectivement changé de cap lors de cette année 1987 et de sa prise en mains par Borja Domecq, en lieu et place de Fernando Domecq, parti tenter une autre aventure avec le fer de Zalduendo.

« Des descendants d’Ingresado sortent toujours en piste, y compris en Amérique du sud » explique Jacques Durand, « il était fils de Desaprensivo, petit-fils d’Arisco et arrière-petit-fils du fameux Lancero, dont le sperme a irrigué à peu près tous les élevages Domecq ». Un arbre généalogique de prestige qui a effectivement écumé dans plusieurs reatas de la grande famille Domecq, notamment chez Álvaro, le patron de Torrestrella : « Borja lui a un temps prêté Ingresado, qui, sous ce fer, a fourni des toros célèbres : Bienvenido, gracié par Ponce à Murcie en 1992 ; Gitanito, gracié le 20 juillet 1993 à Valencia par Dámaso González ».

La page taurine de Jacques Durand est éditée tous les jeudis, en ligne, aux éditions de L’Atelier Baie, chères à Bruno Doan.

Voir les actualités plus anciennes