ACTUALITÉS

A la une

FERIA DES VENDANGES : UNE OREILLE POUR JOSELITO ADAME FACE A UN BON TORO DE VIRGEN MARÍA

Posté le 15/09/18

Arènes de Nîmes. Samedi 15 septembre 2018. Deuxième corrida de la Feria des Vendanges. Temps splendide. ½ entrée.

3 toros de VIRGEN MARÍA (1er, 2e et 4e ; 6 rencontres à la cavalerie ; applaudissements à l’arrastre au 1er, division d’opinions au 2e, sifflets au 4e) et 3 toros de SANTA ANA (3e, 5e et 6e ; 6 rencontres à la cavalerie ; applaudissements à l’arrastre au 5e, sifflets au 3e, silence au 6e), pour

Joselito ADAME (saumon & or) : 1 oreille – 1 avis et silence.

Ginés MARÍN (cardinal & or) : silence – 2 avis et vuelta.

Andy YOUNÈS (parme & or) : silence – 1 avis et silence.

Présidence : M. Julien Plantier, assisté de MM. Viallet et Galtier.

Durée de la course : 2h35.

- Andy Younès remplaçait Paco Ureña, grièvement blessé à l’œil gauche la veille à Albacete.

- Les banderilleros Ángel Gómez Escorial (rose indien & noir) et Fernando Sánchez (fuchsia & argent) ont salué (1er).

- Joselito Adame n’avait plus coupé d’oreille à Nîmes depuis sa première corrida dans ces arènes, le dimanche 16 septembre 2007, où il a officié à six reprises à ce jour.

Onze ans et cinq corridas d’attente pour Joselito Adame avant de pouvoir couper une nouvelle oreille à Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

LA CORRIDA DU MATIN : ALLONS ENFANTS DE LA PATRIE !

Posté le 15/09/18

Longtemps ignorée, la Tauromachie française est riche d’une histoire, d’un patrimoine et d’une longue dynastie de toreros : des pionniers triomphants (Félix Robert, Pierre Pouly) jusqu’à la figura au destin brisé (Nimeño II), nombreux ont été les toreros à porter haut les couleurs de la France taurine des deux côtés de l’Atlantique. Une nation qui brille aujourd’hui grâce à la renommée internationale des trois plus grands toreros français de l’Histoire, pour la première fois réunis sur une même affiche : Léa Vicens, n°1 des rejoneadors ; Juan Bautista, triomphateur de la dernière Pentecôte, et Sébastien Castella, qui a ouvert la cinquième Grande porte de sa carrière à Las Ventas en mai dernier. Une corrida qui marquera les adieux de Juan Bautista aux arènes de Nîmes avant sa despedida.

FERIA DES VENDANGES : PORTE DES CONSULS POUR TOÑETE ET SON PARRAIN D’ALTERNATIVE, ENRIQUE PONCE, QUI GRACIE LE TORO « DEVOTO », DE CORTÉS

Posté le 15/09/18

Arènes de Nîmes. Samedi 15 septembre 2018. Première corrida de la Feria des Vendanges. Temps splendide, léger vent. ¾ entrée.

2 toros de Victoriano del RÍO (1er et 3e ; 4 rencontres à la cavalerie, 1 chute du groupe équestre au 3e ; vuelta posthume au 1er, « Asustado », n°48, negro mulato, 513 kg, né le 15 janvier 2014), 1 toro de CORTÉS (2e ; 2 rencontres à la cavalerie ; grâce de « Devoto », n°152, negro listón mulato axiblanco, 540 kg, né le 15 août 2013) et 3 toros de Domingo HERNÁNDEZ (4e, 5e, 6e ; 9 rencontres à la cavalerie, 1 chute du groupe équestre au 5e ; applaudissements à l’arrastre aux 4e et 6e, silence au 5e), pour

Enrique PONCE (lie de vin & or) : 2 oreilles et la queue symboliques – 1 avis et salut au tiers.

EL JULI (vert empire & argent) : salut au tiers – 1 avis et salut au tiers.

TOÑETE, qui prenait l’alternative (pétale de rose & or) : 2 oreilles – 1 oreille.

Présidence : M. Bernard Angelras, assisté de MM. Roussel et Layalle.

Durée de la course : 2h58.

- Corrida d’alternative d’Antonio Catalán « Toñete ».

- A l’issue du paseo, un hommage a été rendu au Juli dans le cadre de la célébration de son 20e anniversaire d’alternative, avec la remise d’une médaille de la Ville de Nîmes, Jean-Paul Fournier, et son élu à la Tauromachie, Frédéric Pastor.

- Antonio Catalán « Toñete » a pris l’alternative à 11h56 des mains d’Enrique Ponce et en présence d’El Juli face au toro « Asustado », n°48, negro mulato, 513 kg, né le 15 janvier 2014, de Victoriano del Río. Il a dédié sa première faena à son père ainsi qu’à son banderillero, Ángel Gómez Escorial.

- Le picador Manuel Quinta (vert d’eau & or souligné de noir) a été applaudi (2e).

- Enrique Ponce et Toñete sont sortis en triomphe par la Porte des Consuls.

Naturelle stylisée d’Enrique Ponce face au toro de l’élevage de Cortés, « Devoto », 3e de l’histoire à être gracié par le maestro de Chiva dans les arènes de Nîmes  (crédit photo : Anthony Maurin).

LA CORRIDA DU JOUR : TOROS DE CARACTÈRES POUR MULETAS AFFIRMÉES

Posté le 15/09/18

Jean-Marie Raymond, le ganadero marseillais du Rove, a décidé de vivre son aventure de l’élevage du Toro Brave dans l’une des plus belles régions qui soit. Au Ronquillo, au nord-ouest de l’Andalousie, la ganadería de Virgen María s’est établie dans un habitat naturel d’exception afin d’y élever des toros de qualité. Un cartel international qui sera complété par le Mexicain Joselito Adame, qui s’est illustré lors de la dernière Feria de San Isidro et par Andy Younès, triomphateur à Pentecôte.

FERIA DES VENDANGES : ANDY YOUNÈS REMPLACE PACO UREÑA, BLESSÉ A ALBACETE

Posté le 15/09/18

Grièvement blessé hier à l’œil gauche par son second exemplaire d’Alcurrucén lors de la septième corrida de la Feria d’Albacete, Paco Ureña ne sera pas en mesure de tenir son rang ce samedi après-midi à Nîmes. Le torero murciano souffre d’un traumatisme oculaire à la paupière gauche et d’un hématome l’empêchant d’ouvrir l’œil, occasionné par la corne du toro. Ureña a été transféré dans la soirée dans un hôpital d’Albacete pour y subir des soins plus approfondis.

Compte tenu de cette absence, c’est Andy Younès, triomphateur lors de la dernière Feria de Pentecôte face aux toros de Garcigrande, qui a été appelé. Cette corrida sera la troisième du torero arlésien dans les arènes de Nîmes, un an après sa prise d’alternative. Andy Younès retrouvera au cartel de ce samedi après-midi à 17h30 Joselito Adame et Ginés Marín face aux toros de Virgen María et Santa Ana, propriété de l’éleveur français Jean-Marie Raymond.

Andy Younès dans le patio de cuadrillas des arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

LA CORRIDA DU MATIN : TOÑETE, 20 ANS APRÈS EL JULI

Posté le 14/09/18

Fidèles à leur tradition des grandes alternatives de l’Histoire la Tauromachie, les arènes de Nîmes seront le théâtre d’une nouvelle cérémonie qui verra l’un des grands espoirs espagnols, Antonio Catalán « Toñete », être sacré matador de toros. Une alternative de luxe qui sera conférée à l’apprenti-torero madrilène par le maestro Enrique Ponce, sous le regard d’un autre matador de renommée internationale. Madrilène comme Toñete, El Juli prenait son alternative dans ces mêmes arènes, il y a tout juste 20 ans. Nul doute que Julián López aura à cœur de célébrer cet anniversaire à sa manière…

 

FERIA DES VENDANGES : LA PREMIÈRE OREILLE POUR ADRIEN SALENC FACE A UN NOVILLO DE VUELTA DE PAGÈS-MAILHAN, BLESSURE DE DIEGO SAN ROMÁN

Posté le 14/09/18

Arènes de Nîmes. Vendredi 14 septembre 2018. Novillada d’ouverture de la Feria des Vendanges. Temps splendide (éclairage allumé à l’arrastre du 3e novillo). 1/3 entrée.

6 novillos de GALLON (2 rencontres à la cavalerie, applaudi à l’arrastre), BLOHORN (2 rencontres à la cavalerie, applaudi à l’arrastre), LOS GALOS (2 rencontres à la cavalerie, légèrement applaudi à l’arrastre), PAGÈS-MAILHAN (2 rencontres à la cavalerie, tour de piste posthume au 4e, « Holgazano », n°151, castaño oscuro ojinegro poco meano, 455 kg, né le 20 janvier 2015), PIEDRAS ROJAS (2 rencontres à la cavalerie, applaudi à l’arrastre), JALABERT (2 rencontres à la cavalerie, silence à l’arrastre), pour

- Adrien SALENC (bleu Méditerranée & or) : salut au tiers – 1 avis et 1 oreille.

- Diego SAN ROMÁN (bleu nattier & or) : 1 avis et salut au tiers – blessure.

- EL RAFI (bleu paon & or) : 1 avis et silence – silence.

Présidence : M. Richard Tiberino, assisté de MM. Dumas et Royer.

Durée de la course : 2h40.

- Diego San Román se présentait à Nîmes.

- Le banderillero nîmois Maxime Ducasse a été ovationné à l’issue du paseo après avoir reçu en piste la médaille de la Ville de Nîmes des mains du maire Jean-Paul Fournier et de l’élu à la Tauromachie, Frédéric Pastor.

- Adrien Salenc a dédié le 4e novillo au banderillero Maxime Ducasse.

- Diego San Román a été blessé par le 5e novillo pendant la faena, recevant un coup de corne superficiel en haut de la cuisse droite puis une autre trajectoire sur le haut du mollet. Évacué à l’infirmerie, il a été opéré dans la soirée au CHU Carémeau.

- Le banderillero Maxime Ducasse (moka & argent) a salué après avoir banderillé le 6e novillo en duo avec El Rafi.

- El Rafi a dédié le 6e novillo à Renaud Ripart, attaquant au Nîmes Olympique.

Derechazo incisif d’Adrien Salenc qui a ravi l’oreille d’un important novillo de Pagès-Mailhan, « Holgazano », primé d’une vuelta posthume (crédit photo : Anthony Maurin).

LA NOVILLADA DU JOUR : LES NOVILLEROS NÎMOIS DANS LEUR JARDIN

Posté le 13/09/18

Le 19 mai dernier, Adrien Salenc et El Rafi ont enthousiasmé le public nîmois par l’allégresse de leur tauromachie. Un souffle nouveau dans la catégorie des novilleros qui s’est traduit par le succès du premier et le triomphe du second, El Rafi remportant la Cape d’or avant d’ouvrir la Porte des Consuls. Deux apprentis-toreros qui devront en découdre avec l’une des promesses du toreo mexicain, Diego San Román, particulièrement convaincant à Valencia en juillet dernier. 

DESPEDIDA : JUAN BAUTISTA FERA SES ADIEUX CE DIMANCHE AU PUBLIC NÎMOIS

Posté le 13/09/18

Samedi dernier, Jean-Baptiste Jalabert alias « Juan Bautista » a annoncé dans les jardins de l’hôtel arlésien Jules-César qu’il mettra à un point final à sa carrière de matador de toros à l’issue de sa dernière corrida de la temporada européenne 2018, le 6 octobre prochain à Saragosse. Une dernière course qui ne sera véritablement pas « l’ultime » du matador arlésien, qui fera sa despedida lors de la Feria du Riz 2019 dans le cadre de la corrida goyesque. Entre Arles et Nîmes, la frontière naturelle du Rhône n’éloigne pas la culture taurine, bien au contraire…

C’est à Nîmes que Juan Bautista a connu ses premiers grands triomphes : nul n’a oublié la grâce du novillo « Tanguisto », de Yerbabuena, sous la bulle de la Feria de Primavera, lors de la présentation de novillero en France du torero arlésien. Des triomphes qui se sont succédé dans la capitale gardoise, dès sa première corrida, lors de la Pentecôte 2000 et jusqu’à la dernière Porte des Consuls, ouverte avec panache le 20 mai dernier. Un matador de toros créatif qui a toujours bien connecté avec le public nîmois et qui a signé deux de ses plus grandes faenas lors des éditions 2008 et 2016 de la Feria des Vendanges, en coupant une queue, respectivement face à des toros de José Vázquez et Victoriano del Río.

Nul doute que l’émotion sera à son combe ce dimanche 16 septembre à 11h30 pour ce qui sera la dernière corrida en France de Juan Bautista pour cette saison 2018. Une corrida qui marquera ses adieux au public des arènes de Nîmes après 20 ans de paseos sur ce sable de l’amphithéâtre romain… Un événement à ne pas manquer d’autant plus qu’il sera un hommage à la tauromachie française, Juan Bautista partageant pour la première et la dernière fois de sa carrière le cartel avec la rejoneadora Léa Vicens et le matador Sébastien Castella, face à des toros de Núñez del Cuvillo.

Deux oreilles et la queue pour Juan Bautista le 18 septembre 2016 à l’issue de l’une de ses faenas les plus accomplies aux arènes de Nîmes face à un excellent toro de Victoriano del Río (crédit photo : Anthony Maurin).

OBJECTIF FERIA DES VENDANGES : VICTORINO MARTÍN ET EMILIO DE JUSTO S’ILLUSTRENT A DAX

Posté le 13/09/18

- GARCIGRANDE / DOMINGO HERNÁNDEZ (corrida du 15 septembre avec Enrique Ponce, El Juli et Toñete) : 3 toros de Garcigrande et 3 toros de Domingo Hernández lidiés par El Juli, José María Manzanares II et Andrés Roca Rey le 7 septembre à Valladolid. Deux pavillons récompensent la seconde prestation de Manzanares alors que Roca Rey obtient un total de trois trophées.

- Victoriano del RÍO (corrida du 15 septembre avec Enrique Ponce, El Juli et Toñete) : 6 toros lidiés par Juan Bautista, Sébastien Castella et José María Manzanares II le 8 septembre à Arles. Trois oreilles sont accordées à Juan Bautista et deux pavillons reviennent dans l’escarcelle de Sébastien Castella face au 5e toro « Cantaor », honoré d’une vuelta 5 toros de Victoriano del Río et 1 de Cortés lidiés par Enrique Ponce, Alejandro Talavante et El Adoureño (alternative). Deux oreilles récompensent la première faena du maestro de Chiva alors qu’un pavillon est décerné à Talavante puis à l’Adoureño lors de sa seconde prestation.

- Victorino MARTÍN (corrida du 16 septembre avec Octavio Chacón, Emilio de Justo et Pepe Moral) : 6 toros lidiés par El Cid, Juan del Álamo et Fortes le 8 septembre à Santoña (Cantabrie). Le chef de lidia ravit l’oreille des deux exemplaires de son lot et un pavillon récompense la première faena d’Álamo. Trois toros ovationnés sur six, applaudissement au 5e. 6 toros lidiés par Curro Díaz, Emilio de Justo et José Garrido le 8 septembre à Dax. Emilio de Justo ravit l’oreille de ses deux toros et ouvre la Grande porte des arènes. Cinq toros ovationnés sur six.

« Herbolario », l’un des gris toros de Victorino Martín, élevage en forme du moment, qui fait partie du lot réservé pour la corrida du 16 septembre 2018 aux arènes de Nîmes.

Voir les actualités plus anciennes