ACTUALITÉS

A la une

ÉPHÉMÉRIDES – CA S’EST PASSÉ UN 15 SEPTEMBRE

Posté le 15/09/20

- Samedi 15 septembre 2012 : l’avant-dernière journée de la Feria des Vendanges débute par une corrida équestre fort entretenue fournie par l’élevage de Fermín Bohórquez. Pablo Hermoso de Mendoza et Andy Cartagena rivalisent d’adresse et d’audace technique pour partager une sortie en triomphe commune par la Porte des Consuls. Le bilan est éloquent pour les deux rejoneadors espagnols : quatre oreilles et une queue pour le « roi de Navarre » et trois oreilles et une queue pour le jinete de Benidorm. « Manolete » et « Van Gogh » extériorisent tout leur caractère pour porter les figures dirigées par Mendoza, alors que Cartagena se détache par la qualité de ses banderilles posées à deux mains. Des saluts au tiers ponctuent les deux prestations de João Moura jr. L’après-midi, mano a mano entre deux artistes aux personnalités différentes mais complémentaires : José María Manzanares II défie José Antonio « Morante de la Puebla » face à un lot de toros réunissant les deux fers de Victoriano del Río. Face à la démission de Morante, Manzanares signe sans forcer les passages les plus brillants de la tarde, saluant par deux fois à l’arrastre des 2e et 4e toros. L’unique oreille de la course vient récompenser une ultime faena de belle composition face à un toro de grande qualité, issu des lignées importantes de cette ganadería, ovationné à l’arrastre.

- Dimanche 15 septembre 2013 : journée de clôture de la Feria des Vendanges avec une première corrida porteuse du fer de Zalduendo en fin de matinée. Surpassant les conditions insuffisantes de ses adversaires, Enrique Ponce est invité à saluer au tiers à l’issue de ses deux prestations. Sébastien Castella signe la meilleure faena de la mi-journée devant le 5e toro, dépossédé de ses deux oreilles. Un autre trophée récompense la densité gestuelle de la première faena de Miguel Ángel Perera. L’après-midi, Fernando Robleño et Javier Castaño sont réunis en mano a mano pour se frotter à six toros de Miura. L’après-midi est notamment marqué par le show de la cuadrilla de Castaño au 4e toro, David Adalid et Fernando Sánchez étant invités à saluer pour avoir soulevé l’enthousiasme du public. Une autre ovation récompense le grand tiers de piques instrumenté par Tito Sandóval devant le dernier toro de la course, qui va à quatre reprises sous le fer, avec les honneurs de la musique. Du côté des matadors, Fernando Robleño propose la lidia la plus soignée et aboutie de l’après-midi face au 5e Miura, dépossédé d’une oreille. Pas de récompense en revanche pour Javier Castaño, qui donne une vuelta après avoir toréé avec temple et sérieux le 4e exemplaire du lot, estoqué en deux temps.

- Vendredi 15 septembre 2017 : la Feria des Vendanges ouvre son cycle par une novillada de José Cruz, élevage effectuant sa présentation aux arènes de Nîmes. Face aux novillos porteurs de la devise rouge et blanche, deux apprentis-toreros prennent également part à leur premier paseo dans la capitale gardoise. Le plus en vue d’entre eux est le chef de lidia vénézuélien Jesús Enrique Colombo, promis à une alternative prochaine. Sérieux et dominateur avec la muleta, le novillero sud-américain ravit l’unique oreille de l’après-midi devant le 4e exemplaire. Également inédit à Nîmes, l’Aragonais Jorge Isiegas est mis à l’épreuve par un lot particulièrement exigeant, alors que le Français Tibo Garcia est confronté aux deux novillos présentant le moins de qualités.

- Samedi 15 septembre 2018 : la programmation de la deuxième journée de la Feria des Vendanges propose deux corridas aux spectateurs des arènes de Nîmes. La première voit la prise d’alternative d’Antonio Catalán « Toñete », des mains d’Enrique Ponce et en présence d’El Juli, face au toro « Asustado », n°48, negro mulato, annoncé à 513 kg et né le 15 janvier 2014, de l’élevage de Victoriano del Río. Un exemplaire honoré d’une vuelta posthume à l’issue d’une faena particulièrement convaincante de la part de l’impétrant, récompensé de deux oreilles. Le Madrilène obtiendra deux heures plus tard le droit de franchir la Porte des Consuls en triomphe en ravissant un nouveau pavillon devant l’ultime toro de la course. Une corrida au profil abouti, complété par le triomphe majuscule d’Enrique Ponce, au sommet de son art en obtenant la grâce du 2e toro de la course, « Devoto », n°152, negro listón mulato axiblanco, annoncé à 540 kg et né le 15 août 2013. Un toro de Cortés qui réintègrera vivant le toril au terme d’une lidia profonde et fort intelligemment orchestrée par un maestro de Chiva, récompensé des trophées symboliques maximums. L’après-midi, la corrida porteuse des fers de Virgen María et Santa Ana est marquée par la belle première faena proposée par le Mexicain Joselito Adame, récompensé d’une oreille. Un échec avec l’épée prive Ginés Marín d’un succès majeur devant le 5e toro de l’après-midi, alors qu’Andy Younès ne trouve pas matière à s’exprimer face à ses deux adversaires.

- Dimanche 15 septembre 2019 : la Feria des Vendanges se clôture par la célébration de deux corridas. En fin de matinée, Enrique Ponce ravit l’unique oreille de la course après avoir servi une faena « main » au 4e exemplaire du lot de Victoriano del Río. Une vuelta salue la pugnacité de Paco Ureña alors que Pablo Aguado manque d’inspiration face à ses deux adversaires. L’après-midi, Fuente Ymbro livre une corrida importante pour l’ultime course du cycle, qui se conclut par l’ouverture de la Porte des Consuls par un Juan Leal pléthorique. Crédité de trois pavillons, le torero arlésien signe sa partition de toreo la plus complète dans l’amphithéâtre romain, se jouant des cornes avec aguante et sens de l’engagement. Avec temple et personnalité, Ginés Marín imprime lui aussi une faena d’importance sur le sable nîmois, avec un trophée à la clé. Point d’oreille mais un salut au tiers pour López Simón, auteur de gestes prometteurs face au Fuente Ymbro d’ouverture.

Caleserina de Juan Leal qui, avec trois oreilles coupées aux toros de Fuente Ymbro, obtient sa deuxième sortie en triomphe par la Porte des Consuls (crédit photo : Anthony Maurin).

FERIA DES VENDANGES : LOTS DE TOROS APPROUVÉS ET PRÉSIDENCES PROCLAMÉES POUR LES CORRIDAS

Posté le 14/09/20

Disséminés dans les différents parcs des corrals de la route de Beaucaire, les toros de la Feria des Vendanges ont reçu la visite des élus et des représentants des clubs taurins nîmois ce lundi matin. Les ganaderías de Victoriano del Río, Vegahermosa, Malaga, Garcigrande, Domingo Hernández et Jandilla ont ainsi envoyé à Nîmes de bien beaux représentants, tant par leurs morphologies que par la conformation de leurs cornes ou certaines particularités chromatiques dans le panel des robes proposées. Le lot de Fermín Bohórquez réservé pour le rejoneo a été approuvé à l’instar des autres corridas.

Passée cette visite des lots de toros, le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier a réaffirmé l’importance pour Nîmes que cette feria puisse avoir lieu et cinq corridas consécutives soient proposées aux arènes, soit une première cette année en Europe. L’édile a ensuite donné la liste des délégations pour cette Feria des Vendanges ainsi que la composition des présidences : l’élu à la Tauromachie, Laurent Burgoa, officiera aux mouchoirs lors des corridas des vendredi 18 (Victoriano del Río) et dimanche 20 septembre (Jandilla). Son prédécesseur, également élu aux Festivités, Frédéric Pastor occupera le poste de président jeudi 17 (mixte) et samedi 19 septembre (Garcigrande / Domingo Hernández). La corrida équestre sera dirigée le dimanche 20 septembre en fin de matinée par Daniel-Jean Valade.

Parmi les nouveautés annoncées par l’empresa et la Ville de Nîmes, un QR code sera disponible à l’entrée des arènes ainsi que sur ce site internet pour obtenir les informations relatives à chaque corrida, et notamment le tirage au sort des toros puisque les traditionnels sorteos papier ne pourront être distribués en raison de la crise sanitaire. Point de sortie en triomphe par la Porte des Consuls ou celle des cuadrillas, afin d’éviter tout grand rassemblement de foule autour des arènes.

Un toro burraco de Victoriano del Río, l’un des joyaux de la corrida du vendredi 18 septembre qui sera lidiée par Enrique Ponce, Curro Díaz et Emilio de Justo (crédit photo : Annie Saurel).

ÉPHÉMÉRIDES – CA S’EST PASSÉ UN 14 SEPTEMBRE

Posté le 14/09/20

- Vendredi 14 septembre 2012 : triomphateur absolu de la dernière Pentecôte et Héros de la miurada, Javier Castaño se retrouve au cartel de la première corrida de la Feria des Vendanges, en mano a mano avec Julien Lescarret. Pour ses adieux nîmois, Julien Lescarret adopte le « dress-code » de son ultime temporada avec un habit de lumières rose indien et or. Malheureusement, le lot de Robert Margé ne permet pas à la corrida de décoller. Seul Lescarret conclut la course sur une bonne note, en saluant à l’issue de son ultime faena devant le 6e exemplaire, un peu plus maniable que les cinq toros précédents.

- Samedi 14 septembre 2013 : la journée débute par une course historique qui voit la prise d’alternative de Léa Vicens face au toro « Perfumado », n°104, negro bragado meano, 505 kg, né en novembre 2008, porteur du fer de Fermín Bohórquez. La cérémonie est présidée par Paco Ojeda, de retour pour un jour en qualité de rejoneador, en présence de Diego Ventura. Ángel Peralta et Marie Sara sont également présents au moment de la cérémonie, après avoir partagé le paseo aux côtés des trois toreros à cheval lidiadores. Remarquable lors de sa première faena, Léa Vicens perd au descabello l’oreille du toro de la cérémonie. Elle se rattrape devant l’ultime exemplaire de la matinée en signant un travail remarquable de maîtrise et de rythme, obtenant une oreille après un rejón et deux descabellos. Cavalier élégant, Paco Ojeda soigne sa gestuelle devant le 2e toro de la course dont il obtient une oreille. Le grand triomphateur de la matinée est Diego Ventura, époustouflant de brio et de facilité. Le centaure luso-andalou ravit les trophées maximums devant « Habitador » avant de glaner une nouvelle oreille devant le 5e exemplaire de Bohórquez. Auteur de l’une de ses meilleures prestations nîmoises, Diego Ventura ouvre tout naturellement la Porte des Consuls. L’après-midi, Julián López « El Juli » et José María Manzanares II se mesurent en mano a mano devant un melting-pot ganadero réunissant les fers de Domingo Hernández, Garcigrande et Daniel Ruiz. Proposant un toreo fluide, à la gestuelle maîtrisée, El Juli livre deux partitions de qualité qui lui valent l’oreille du 1er et du 5e toro de la course. Héritant d’un lot de grande qualité, Manzanares fait la différence en laissant s’exprimer les qualités intrinsèques de son toreo d’inspiration. Le torero d’Alicante signe l’une de ses plus grandes tardes nîmoises en coupant les deux oreilles de son premier exemplaire de Garcigrande. Mais c’est devant le brave « Furtivo », n°18, negro bragado meano corrido, 505 kg, né en mars 2009, que Manzanares fait chavirer l’amphithéâtre romain par une faena enivrante qui flirte avec la perfection. Deux oreilles et la queue tombent logiquement du bacon présidentiel pour récompenser un grand moment d’art et de création alors que le toro est gratifié d’une vuelta posthume après une estocade al recibir d’anthologie. José María Manzanares II ouvre la Porte des Consuls, porté en triomphe par la frénésie d’une foule sous le charme de son toreo et de sa personne.

- Vendredi 14 septembre 2018 : le premier acte de la Feria des Vendanges propose une novillada de compétition entre six élevages français : Gallon, Blohorn, Los Galos, Pagès-Mailhan, Piedras Rojas et Jalabert frères. A cette occasion, le novillero mexicain Diego San Román effectue sa présentation aux arènes de Nîmes aux côtés d’Adrien Salenc et d’El Rafi. L’unique oreille de cette journée revient à Adrien Salenc, particulièrement convaincant devant le 4e exemplaire porteur du fer de Pagès-Mailhan, honoré d’une vuelta posthume : « Holgazano », n°151, castaño oscuro, annoncé à 455 kg et né le 20 janvier 2015. Diego San Román quitte l’amphithéâtre romain par la porte de l’infirmerie après avoir été blessé par le novillo de Piedras Rojas sorti en 5e position. Le novillero originaire de Querétaro souffre de deux coups de corne profonds à la cuisse et au mollet droits.

- Samedi 14 septembre 2019 : la journée débute par une novillada fournie par l’élevage héraultais de San Sebastián face à un trio d’apprentis-toreros composé par Fernando Plaza, inédit à Nîmes, El Rafi et Solal Calmet « Solalito », qui débute en novillada formelle. Le benjamin du cartel propose les meilleures séquences de la matinée face au 3e novillo, « Príncipe », dont il coupe l’oreille. Ce sera l’unique récompense de cette mi-journée de toreo. L’après-midi, le public des arènes de Nîmes assiste à une symphonie d’art et de personnalité avec la confrontation entre trois vedettes de la tauromachie : Sébastien Castella, José María Manzanares II et Miguel Ángel Perera opposés à un lot de Garcigrande et Domingo Hernández. La corrida se conclura par la sortie en triomphe commune des deux toreros rivaux, Castella et Perera, tous deux crédités de trois pavillons. Mais c’est le matador originaire d’Estrémadure qui marquera le plus les esprits avec deux faenas majeures, dont l’ultime qui s’achèvera par l’obtention de la grâce du 6e toro de Garcigrande, « Cazadotes ». Précédemment, Perera s’était également illustré en servant une œuvre majeure devant le 3e exemplaire de Garcigrande, « Tornesolado », gratifié d’une vuelta posthume.

Toute la détermination de Miguel Ángel Perera, regard vissé sur les gradins des arènes de Nîmes, avant d’obtenir la grâce du toro « Cazadotes » de Garcigrande, le 14 septembre 2019 (crédit photo : Anthony Maurin).

FERIA DES VENDANGES : LES TOROS SONT ARRIVÉS AUX CORRALS

Posté le 13/09/20

Le lundi qui précède les ferias nîmoises est devenu un rituel immuable. En fin de matinée, le maire, accompagné de ses élus, des présidents de courses et des représentants des clubs taurins, visite les lots de toros qui seront lidiés aux arènes de Nîmes lors du week-end suivant. Depuis vendredi, le bal des camions a animé les alentours des corrals de la route de Beaucaire, avec l’arrivée de tous les lots en provenance d’Espagne…

Qu’il s’agisse des deux fers de Borja Domecq – Jandilla et Vegahermosa – ou encore ceux de Victoriano del Río, sans oublier les fameux Garcigrande et Domingo Hernández, les toros des corridas nîmoises recevront ce lundi matin la visite de Jean-Paul Fournier, accompagné de Laurent Burgoa, adjoint au maire délégué à la Tauromachie. C’est Simon Casas, directeur de SCP France, qui leur présentera les différentes corridas, avec une visite complète des toros, avant l’approbation par le maire et l’officialisation des palcos de cette Feria des Vendanges.

En raison des contraintes sanitaires liées au Covid-19, la visite des toros aux corrals ne sera pas ouverte au public pour cette Feria des Vendanges. Rendez-vous donc aux arènes le jeudi 17 septembre à 17h30 pour la corrida mixte d’ouverture du cycle, avec deux toros de Fermín Bohórquez pour Léa Vicens, deux toros de Vegahermosa pour Sébastien Castella et deux novillos de Malaga pour El Rafi. La Feria des Vendanges se déroule du 17 au 20 septembre aux arènes de Nîmes ; ne tardez pas pour acquérir vos places !

Un lot de toros pour la Feria des Vendanges dans les corrals de la route de Beaucaire (crédit photo : SCP France).

ÉPHÉMÉRIDES – ÇA S’EST PASSÉ UN 13 SEPTEMBRE

Posté le 13/09/20

- Jeudi 13 septembre 2012 : la Feria de Pentecôte s’ouvre par une novillada de Fuente Ymbro qui réunit plus de deux-tiers des spectateurs sur les gradins de l’amphithéâtre. Très tenace dans ses attitudes, Román est applaudi face au 3e novillo mais essuie également une blessure au pied gauche qui l’empêche de défier son second adversaire. Dans un contexte difficile, Juan Leal effectue l’unique vuelta de la journée devant le 2e exemplaire alors que Fernando Adrián connaît un après-midi particulièrement contrarié. Dans les cuadrillas, le picador  Santiago Morales « Chocolate » est applaudi pour sa prestation face au brave 6e novillo.

- Vendredi 13 septembre 2013 : six matadors à l’affiche pour une corrida spéciale organisée à l’initiative de l’Union des Toreros présidée à l’époque par José María Manzanares II. Le torero alicantin partage le cartel avec Julián López « El Juli », Miguel Ángel Perera, Alejandro Talavante, Jiménez Fortes et Juan Leal. Trois oreilles sont décernées lors de cette course : El Juli face au 1er toro de Daniel Ruiz, Jiménez Fortes devant le 5e exemplaire d’El Pilar et Juan Leal opposé au 6e toro d’El Tajo. En échec avec l’épée, Perera doit se contenter d’une vuelta après une faena prometteuse devant le 3e toro de Jandilla. Des silences raccompagnent les prestations de Manzanares et Talavante, respectivement devant des adversaires porteurs des fers de Juan Pedro Domecq et d’El Pilar.

- Vendredi 13 septembre 2019 : la Feria des Vendanges débute par une corrida de Robert Margé, élevage qui n’avait plus foulé le sable des arènes de Nîmes depuis sept années. Complété par un sobrero d’El Torero, le lot français n’atteint pas des sommets même si les toreros du jour ne ménagent pas leurs efforts afin de tirer leur épingle du jeu. Ovationnés, Curro Díaz et Luis David gratifient le public nîmois de quelques détails de leur toreo. Les meilleurs gestes de la journée sont l’œuvre de Daniel Luque, qui, pour son retour à Nîmes après quatre années d’absence, fait valoir l’importance de sa technique et de sa personnalité. Une oreille récompense chacune de ses deux faenas, comportant des phases gauchères particulièrement intenses. Désireux d’ouvrir la Porte des Consuls, Luque refuse la sortie en triomphe par la Porte des cuadrillas et préfère quitter les arènes à pied, entouré de nombreux jeunes spectateurs en piste.

Naturelle exceptionnelle de Daniel Luque face au 5e toro, sobrero d’El Torero, lors de la corrida du 13 septembre 2019 (crédit photo : Anthony Maurin).

ÉPHÉMÉRIDES – ÇA S’EST PASSÉ UN 12 SEPTEMBRE

Posté le 12/09/20

- Jeudi 12 septembre 2013 : le fer de Fuente Ymbro est à l’affiche de la première corrida de la Feria des Vendanges : six toros défiés par Juan Serrano « Finito de Córdoba », David Mora et Daniel Luque. De retour à Nîmes après neuf années d’absence, Finito de Córdoba ne parvient pas à trouver l’accord face à ses deux adversaires. Amené à saluer au tiers à l’issue de sa première prestation, Daniel Luque réaffirme technique et maîtrise sur le sable nîmois. David Mora est le triomphateur de la journée après avoir ravi l’oreille des deux meilleurs toros du lot. Solide avec l’épée, le matador madrilène andalou dédie son premier ouvrage au Juli.

Véronique de David Mora face à la charge impétueuse du 2e toro de la corrida de Fuente Ymbro le 12 septembre 2013 aux arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

FERIA DES VENDANGES : PROTOCOLE SANITAIRE MIS EN PLACE AUX ARÈNES DE NÎMES

Posté le 12/09/20

Les courses de taureaux ont repris depuis maintenant plusieurs semaines dans toutes les arènes européennes. De strictes mesures sanitaires y sont appliquées afin de faire face à l’épidémie de Covid-19, comme c’est le cas dans l’enceinte de stades, de cinémas ou d’autres salles de spectacle à ciel ouvert. Dans cet esprit, la Ville de Nîmes et SCP France ont travaillé pendant l’été avec les services de l’État pour mettre en place un protocole sanitaire adapté à la gestion du public pour les cinq courses de la Feria des Vendanges.

Ainsi, une jauge de 5.000 personnes a été autorisée pour chaque spectacle, avec la mise en vente de 4.000 places par course. La réservation par téléphone et par internet est fortement recommandée. Une distanciation physique doit être respectée aux guichets, avec port du masque obligatoire et mise à disposition de gel hydroalcoolique.

Le port du masque sera également obligatoire à l’entrée et à la sortie des arènes. Ce même port du masque sera fortement recommandé durant le spectacle.  L’ouverture des arènes s’effectuera 2 heures avant le début de chaque spectacle, avec 8 entrées séparées, uniquement côté parvis des arènes.

Du gel hydroalcoolique sera mis à disposition aux guichets et à chaque entrée des arènes. Les billets d’accès pour les corridas seront scannés à l’entrée des arènes. A l’intérieur des arènes et pendant le spectacle, une distanciation devra être respectée entre chaque groupe de 2 à 10 personnes maximum. A l’issue de la course, la sortie des arènes s’effectuera par catégories de places.

OBJECTIF FERIA DES VENDANGES : FERMÍN BOHÓRQUEZ, VALEUR SÛRE DU REJONEO

Posté le 11/09/20

- Fermín BOHÓRQUEZ (corrida équestre du dimanche 20 septembre, avec Leonardo Hernández fils, Léa Vicens et Guillermo Hermoso de Mendoza) : 2 toros pour Léa Vicens, le 6 septembre à Priego de Córdoba (Cordoue). Le ganadero andalou peut être satisfait de la qualité de ses produits, dans la droite lignée de leurs origines Murube. De la noblesse et du répondant qui ont favorisé l’accord des faenas portées par Léa Vicens et sa cavalerie, avec un triomphe à la clé et un total de trois oreilles.

Belle figure de rejoneo de la part de Léa Vicens lors de sa prestation triomphale du 6 septembre dernier à Priego de Córdoba (crédit photo : Ramón Azañón / page FB Léa Vicens).

ESCALAFÓN DES MATADORS DE TOROS : UN PATRON NOMMÉ ENRIQUE PONCE

Posté le 10/09/20

Enrique Ponce leader du classement Escalafón, une performance qui ne s’est plus vue depuis près de 23 ans ! A l’issue de la temporada 1997, le maestro de Chiva présentait un score flatteur de 108 corridas toréées lors d’une année particulièrement riche en engagements. En 2020, la crise sanitaire du Covid-19 a mis le toreo à l’arrêt pendant près de quatre mois, ce qui explique des chiffres peu élevés en ce mois de septembre qui est habituellement l’un des plus denses de l’année en matière de ferias.

Premier de cette classification avec 11 corridas toréées, 17 oreilles et 1 queue coupées, Enrique Ponce s’impose en patron incombustible de la discipline taurine. Depuis le début du mois d’août, ce torero d’époque a aligné les faenas d’inspiration aux triomphes les plus convaincants dans des arènes de différentes catégories. Le public d’Osuna (Séville) a exulté à la suavité de son toreo, à l’instar des spectateurs du Puerto de Santa María (Cadix) ou encore de Béziers et Mérida (Badajoz).

2e, Pablo Aguado a l’opportunité de se hisser sur le podium des matadors de toros avec 3 pavillons glanés en 5 courses toréées. Le torero sévillan s’est lui aussi distingué le 6 août dernier au Puerto de Santa María après avoir ravi un trophée devant un toro de Juan Pedro Domecq. Précédemment, ce sont les aficionados d’Estepona (Málaga) et Huelva qui l’avaient applaudi.

Étonnant 3e, Gómez del Pilar est certainement l’une des révélations de ces derniers mois. Avec 10 trophées récoltés en seulement 4 paseos, le matador natif de Madrid fait partie des noms à suivre. Avec une temporada débutée le 19 juillet à Ávila, avec l’oreille d’un toro d’Adolfo Martín à la clé, Gómez del Pilar a ensuite triomphé avec la manière le 21 août à Esquivias (Tolède), où trois pavillons ont récompensé sa prestation devant un lot de Virgen María. Deux autres grandes portes se sont ouvertes à lui à la Torre de Esteban Hambrán (Tolède) et Valdepeñas (Ciudad), chaque fois avec trois trophées dans l’escarcelle.

Au 4e rang figure Emilio de Justo, un des toreros que le public nîmois retrouvera avec plaisir le 18 septembre prochain et qui totalise 8 oreilles coupées en 4 corridas toréées. Triomphateur à Plasencia le 4 août dernier devant un lot d’El Torero, le matador originaire de Cáceres s’est également mis en évidence sur le sable de Fuengirola (Málaga), avant Priego de Córdoba (Cordoue). Il devance Morante de la Puebla, 5e avec 4 corridas toréées et 4 oreilles coupées, deux d’entre elles ayant été ravies sur quelques belles séquences d’inspiration au Puerto de Santa María (6 août) et à Mérida (28 août).

Le Péruvien s’affirme également en figurant à la 6e place du classement, après avoir toréé 3 courses et obtenu un total de 7 oreilles et une queue, à égalité parfaite de trophées avec José María Manzanares II. Pour le torero d’Alicante, le dernier mois d’août a été marqué par un triomphe d’exception, le 28 août dernier à Mérida (Badajoz), avec la grâce d’un toro de Jandilla. Des indultos également récoltés par Galdós à deux reprises ; le Péruvien parvenant à gracier un toro d’El Pilar le 24 août à Astorga (León), puis le 4 septembre à Valdepeñas devant un exemplaire du Conde de Mayalde.

8e, Juan Leal crée la surprise en étant le premier Français à apparaître dans ce classement : avec 7 pavillons récoltés en seulement 3 corridas, le matador arlésien a parfaitement débuté sa saison, avec une régularité affirmée. Trois oreilles sont revenues dans sa montera à l’issue d’une partition convaincante devant les toros de Gallon le 9 août dernier aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Une inspiration que le protégé de Maurice Berho a su renouveler deux semaines plus tard à Astorga, face à un lot d’El Pilar, quatre oreilles à la clé, avant une prestation fort méritoire à Añover de Tajo (Tolède) devant une corrida de Murteira Grave.

Ancien leader de l’Escalafón à la fin des années 2000, David Fandila « El Fandi » figure à la 9e place avec 6 trophées obtenus en 3 paseos. Le matador natif de Grenade a repris sa temporada à Astorga, le 23 août dernier, avec une oreille à la clé devant un lot de García Jiménez, avant d’ouvrir la Grande porte des arènes de Mérida, six jours plus tard, face à des toros issus de la même ganadería. Sébastien Castella et José Garrido se partagent la 10e place ex-aequo avec 5 oreilles coupées en 3 corridas toréées.

Pour le matador biterrois, la temporada a repris idéalement avec un premier succès à Huelva, le 3 août, devant des toros de Juan Pedro Domecq. Douze jours plus tard, c’est dans sa ville natale que Castella a obtenu une nouvelle oreille lors de la corrida de Robert Margé. Trois autres pavillons ont complété son bilan du mois d’août à l’issue d’une prestation remarquable à Astorga devant des toros de García Jiménez.

Avec un profil d’opposition différent, José Garrido a lui aussi marqué des points. En coupant les deux pavillons du 5e toro de la corrida de Victorino Martín célébrée le 15 août dernier à Herrera del Duque (Badajoz), le matador pacense a réaffirmé ses qualités de lidiador. Un courage également étalé quinze jours plus tard à Añover de Tajo, avec deux autres oreilles et un triomphe mérité devant les toros de Murteira Grave.

A ce jour, 49 matadors de toros figurent dans ce classement Escalafón, dont 23 toreros n’ayant officié qu’à une seule reprise depuis le début de saison européenne.

Enrique Ponce souverain lors de son triomphe matinal du samedi 15 septembre 2018 aux arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

REVUE DE PRESSE : LA SEULE FERIA D’EUROPE A PROPOSER CINQ SPECTACLES TAUROMACHIQUES

Posté le 09/09/20

Plusieurs articles de la presse locale et régionale se sont ainsi fait l’écho de la présentation des cartels de la Feria des Vendanges, qui se déroulera aux arènes de Nîmes du 17 au 20 septembre. Lors de la conférence de presse donnée à l’Hôtel de Ville, les mots de Simon Casas ont sonné comme une constatation évidente en cette année frappée de plein fouet par la crise sanitaire du Covid-19 : « Nîmes est la seule feria d’Europe à proposer cinq spectacles tauromachiques cette année ». Déclaration reprise comme l’un des titres de cette fin d’été par le quotidien Midi Libre, en ouverture de l’article de présentation des cartels des corridas programmées.

Évoquant « l’enthousiasme » de Simon Casas au moment de donner lecture des affiches, Édith Lefranc souligne la déclinaison de chacune des corridas, notamment l’hommage rendue à la tauromachie française en ouverture de la Feria des Vendanges. Dans la version papier du journal, Roland Massabuau revient quant à lui sur l’engouement suscité par cette annonce et la centaine de personnes présentes dans la salle du conseil municipal. Le journaliste nîmois accorde une importance toute particulière au « 30e anniversaire du sacre d’Enrique », qui viendra fêter à Nîmes ses 30 ans d’alternative le vendredi 18 septembre aux côtés de Curro Díaz et d’Emilio de Justo face à des toros de Victoriano del Río.

Simon Casas, directeur de SCP France, au côté du maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier (crédit photo : Mickaël Anisset pour Midi Libre).

Voir les actualités plus anciennes