ACTUALITÉS

A la une

TEMPORADA : REPORT DU RENDEZ-VOUS EN TERRE D’AFICIÓN

Posté le 14/03/20

A la suite du communiqué émis par la Ville de Nîmes annonçant les mesures prises face à l’évolution de la pandémie du Covid-19, la société SCP France est évidemment solidaire de la municipalité dans l’organisation mise en place. Ainsi, les spectacles programmés du 3 au 5 avril dans le cadre de la 6e édition du Rendez-vous en Terre d’Afición sont reportés à une date ultérieure. Ce report concerne la course camarguaise de promotion, la novillada sans picadors ainsi que la novillada de la Cape d’or.

TEMPORADA : SIMON CASAS ET NACHO LLORET RECONDUITS À ALICANTE

Posté le 13/03/20

Le 28 février dernier a été signée l’adjudication pour la gestion des arènes d’Alicante sur la session 2020 – 2023. Un acte qui s’est déroulé à l’Hôtel de Ville d’Alicante entre le consistoire taurin de la municipalité et la société « Eventos Mare Nostrum », présidée par Simon Casas et gérée par Nacho Lloret. Le contrat mentionne la possibilité d’une année de prolongation pour la temporada 2024.

A la tête des arènes d’Alicante depuis 2007 – avec une parenthèse de deux ans en 2011 et 2012 – Simon Casas était l’unique candidat à sa propre succession pour la gestion de ces arènes. La conseillère aux Affaires taurines d’Alicante, María Carmen de España, a valorisé l’augmentation significative du nombre de spectateurs aux arènes et l’impact bénéfique constaté « dans les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme en général ».

Simon Casas dans l’un des burladeros des arènes d’Alicante, dont il conserve la gestion de la production tauromachique (crédit photo : SCP Alicante / Dani Herrero).

CULTURE TAURINE : LE MINISTRE ESPAGNOL RESPECTUEUX DE LA LOI CONCERNANT LA TAUROMACHIE

Posté le 12/03/20

« Je ne suis pas un grand aficionado a los toros, mais la première chose que doit faire un gouvernant est de respecter la loi ». C’est en ces termes que le ministre espagnol de la Culture et des Sports, José Manuel Rodríguez Uribes, s’est exprimé le 28 février dernier lors de sa première participation à la Commission de la Culture devant le Congrès des députés. « La loi dit que cette culture est inscrite au Patrimoine immatériel, qu’elle fait partie d’une tradition espagnole ; par conséquent, la légalité est de faire respecter cette loi » a rappelé le ministre dans des propos rapportés par le quotidien espagnol ABC.

Martínez Uribes répondait ainsi à une interpellation de la porte-parole du Partido Popular, premier groupe d’opposition au parlement, concernant sa présence au côté du roi d’Espagne lors de la remise des prix de la temporada 2019 à la Real Maestranza de Caballería de Séville.

Détail d’un habit de lumières lors de la corrida du 12 octobre 2018 à Madrid (crédit photo : Plaza 1).

PATRIMOINE TAURIN : UNE NOUVELLE ÉCOLE DE RASETEURS À NÎMES

Posté le 11/03/20

Déjà responsable des partenariats et de la communication de SCP France, Hadrien Poujol va reprendre le crochet ! Le triple vainqueur de la Cocarde d’or va officier comme enseignant au sein de l’école des raseteurs de Nîmes, lancée par SCP France. Tous les mercredis après-midis, aux arènes de Générac, l’ancien raseteur accueillera les adolescents âgés de 14 ans et plus. Ceux-ci pourront prendre une licence et s’initier à la discipline reine en Camargue sous l’œil avisé d’un professionnel.

Les premiers cours doivent débuter dans le courant du printemps prochain. Renseignements et inscriptions : 06 70 21 09 20.

Coup de barrière du cocardier "Pourpier", de la manade Saumade, aux arènes de Nîmes (photo d'archives SCP).

ESCALAFÓN DES MATADORS DE TOROS : LA SAISON EUROPÉENNE EST LANCÉE

Posté le 10/03/20

La temporada européenne a débuté le 8 février dernier par une corrida d’Alcurrucén à Valdemorillo (Madrid) dont le niveau artistique a laissé quelque saveur dans le palais des aficionados présents. Une ouverture qui s’est poursuivie à Olivenza (Badajoz) et Illescas (Tolède) dans le traditionnel ballet des premières ferias espagnoles de l’année. Les Fallas de Valencia, qui viennent de débuter, donneront un profil plus affiné des forces en présence pour cette année taurine 2020.

Premier leader de cet Escalafón européen des matadors de toros, Esaú Fernández récolte les fruits de sa corrida en solitaire toréée le 29 février dernier à Camas (Séville). Au lendemain du Jour d’Andalousie, le torero sévillan a défié six toros issus de différents élevages, dont un exemplaire d’El Pilar a d’ailleurs été honoré d’une vuelta posthume. Quatre oreilles et une queue sont revenues dans l’escarcelle du torero sévillan âgé de 29 ans.

Fernández devance Antonio Ferrera, 2e avec 3 oreilles et 1 queue à son actif, confirmation de la plénitude artistique du torero natif de Bunyola. De retour d’une campagne latino-américaine époustouflante, le matador espagnol a encore conquis l’afición par une prestation épatante, samedi dernier à Olivenza. Deux oreilles et la queue symbolique d’un toro de Garcigrande, gracié, complétées par un autre pavillon octroyé à l’issue de sa seconde faena. Aux côtés d’Enrique Ponce et d’El Juli, Antonio Ferrera n’a pas fait dans la demi-mesure, passant en solitaire la Grande porte des arènes sur les épaules de ses supporters !

Sur la 3e marche du podium, on retrouve Daniel Luque, crédité de 3 oreilles lors de la course organisée le 9 février dernier à Valdemorillo. Aujourd’hui trentenaire, le torero originaire de Gerena (Séville) a excellé devant un lot de Montalvo animé d’une noblesse exquise. Une sortie en triomphe commune avec Álvaro Lorenzo a salué un haut niveau de toreo, de technique et de personnalité. Le torero tolédan figure au 9e rang, avec 1 paseo et 2 trophées au tableau d’honneur.

4e, El Fandi a participé à la course du 7 mars à Tobarra (Albacete), obtenant un total de 3 pavillons face à un bon lot de toros de García Jiménez. Un score flatteur qui lui a permis de triompher au côté de Joaquín Galdós. Le matador péruvien se positionne d’ailleurs au 5e rang du fait de ce bon résultat.

Également crédités de 2 oreilles en 1 seule course, on retrouve un groupe de quatre matadors, parmi lesquels Morante de la Puebla, José María Manzanares II, Álvaro Lorenzo et Pablo Aguado. Outre Lorenzo, dont il a été question plus haut, Morante, Manzanares et Aguado ont partagé une tarde triomphale samedi dernier à Illescas, profitant du jeu proposé par cinq toros de José Vázquez et un exemplaire de Daniel Ruiz, dépossédé de ses deux appendices par Aguado.

José Garrido boucle ce premier Top 10 de l’année 2020, avec 1 corrida toréée et 1 oreille coupée lors de sa prestation du 8 février dernier à Valdemorillo. A ce jour, 16 matadors de toros espagnols figurent dans ce classement Escalafón.

Véronique d’Antonio Ferrera face à un toro de Jandilla le samedi 8 juin 2019 (crédit photo : Anthony Maurin).

TEMPORADA : EMILIO DE JUSTO, PABLO AGUADO ET EL RAFI SÉDUISENT AU FESTIVAL D’ARANDA DE DUERO

Posté le 09/03/20

Les arènes d’Aranda de Duero (Burgos) ont enregistré un quasi-plein samedi dernier à l’occasion du festival taurin de bienfaisance organisé au profit de l’association locale « les Anges du toreo », dédiée aux médecins taurins. Auteur d’une faena d’une grande densité, Emilio de Justo a excellé dans le tracé de ses naturelles et s’est adjugé deux oreilles, s’érigeant comme le triomphateur de cet après-midi. Un haut niveau de compétition qui répondait à une première faena savoureuse de Morante de la Puebla, récompensé d’un trophée devant le novillo d’ouverture de García Jiménez.

Un pavillon a également récompensé le temple et l’inspiration de Cayetano, qui a dédié sa faena aux médecins présents en contre-piste. Mais au-delà des trophées, d’autres toreros se sont mis en évidence lors de cet après-midi au cours duquel les spectateurs ont pleinement communié avec les acteurs en piste. Ovationné, José María Manzanares II a dessiné quelques muletazos racés devant un exemplaire hélas dénué de forces pour porter sa lidia à un haut niveau de transmission.

Un salut au tiers a également récompensé la prestation du matador sévillan Pablo Aguado, auteur d’une réception capotera classieuse devant le 5e exemplaire de la journée. Muleta en main, le torero andalou a fait valoir la suavité de sa gestuelle et le naturel de ses passes avant de porter un pinchazo, raison pour laquelle la prime de la faena n’a pas été plus élevée. Ovation encore pour El Rafi, auteur d’une grande débauche d’énergie devant l’ultime novillo de ce festival taurin au profil fort entretenu.

Varié avec la cape par véroniques, chicuelinas et tafalleras, le novillero nîmois a également brillé sur son quite par zapopinas. Héritant d’un novillo de classe à la muleta de García Jiménez, Rafi Raucoule a tracé une faena ambitieuse, débutée par un cambio dans le dos. A son avantage sur la courte distance, l’apprenti-torero français a également su jouer sur une note plus technique dès lors que son adversaire a commencé à réserver ses charges. Sans un échec à l’épée, Rafi aurait certainement obtenu une meilleure récompense que le seul salut au tiers après la sonnerie d’un avis.

El Rafi sera à l’affiche de la novillada de la Cape d’or le dimanche 5 avril (16h00) aux arènes de Nîmes, aux côtés de Miguel Polope et de Solalito, face à des novillos de Malaga, dans le cadre de la 6e édition du week-end « Rendez-vous en Terre d’Afición ».

Naturelle très travaillée d’Emilio de Justo devant le 4e novillo de García Jiménez lors du festival taurin de bienfaisance du 29 février 2020 à Aranda de Duero (crédit photo : page officielle FB Emilio de Justo / Arjona).

CULTURE TAURINE : RENOUVELLEMENT DE L’OPÉRATION « EXPLIQUEZ-MOI LA CORRIDA »

Posté le 08/03/20

La société SCP France vient de renouveler son partenariat avec l’Office du Tourisme de la Ville de Nîmes. Parmi les actions entreprises pour promouvoir les spectacles taurins, 70 places seront mises à disposition dans le cadre d’un pack de 3 corridas et d’1 course camarguaise pour l’opération « Expliquez-moi la corrida », un audio-guide déjà mis en place avec succès en 2019. Une initiative qui sera également proposée pour la novillada de la Cape d’or.

Après le succès rencontré en 2019, l’opération « Expliquez-moi la corrida » sera renouvelée cette année (crédit photo : Ville de Nîmes).

TEMPORADA : PACO UREÑA ENGAGÉ A TROIS REPRISES POUR LA SAN ISIDRO MADRILÈNE

Posté le 07/03/20

Paco Ureña a signé une temporada 2019 remarquable, marquée plusieurs succès d’importance sur le sable de Las Ventas. Des faenas particulièrement denses, à la personnalité affirmée, qui lui ont notamment permis d’ouvrir la Grande porte de la Monumental madrilène le 15 juin dernier après avoir coupé un total de 5 oreilles en l’espace de 4 corridas. Une performance qui lui permet aujourd’hui d’être répété dans la capitale espagnole, avec trois dates déjà prévues sur son agenda.

La société Plaza 1, en charge de la programmation taurine aux arènes de Las Ventas depuis 2017, a confirmé le triple engagement de Paco Ureña pour la prochaine Feria de San Isidro. Une belle récompense pour le torero murciano, très attendu en ce début de nouvelle saison. En septembre dernier, Paco Ureña a atteint le cap des 20 corridas de toros à Madrid, six ans après sa confirmation d’alternative du 25 août 2013.

Toute la ferveur de l’afición madrilène lors de la sortie en triomphe de Paco Ureña de la Monumental de Las Ventas, le 15 juin 2019 à Madrid (crédit photo : Plaza 1).

ÉVÉNEMENTIEL - JOSÉ TOMÁS DE RETOUR AUX ARÈNES DE NÎMES EN 2020 POUR DEUX CORRIDAS !

Posté le 06/03/20

2814 jours ! Il se sera écoulé très précisément 7 ans, 8 mois et 15 jours entre la dernière apparition de José Tomás en France, le 16 septembre 2012  lors de son historique solo nîmois, et la date annoncée de son retour, toujours dans nos arènes, le dimanche 31 mai 2020. José Tomás aime la France et sa capitale taurine, Nîmes, seule plaza de notre pays dont il foule exclusivement le sable depuis huit ans.

Ainsi, Simon Casas est parvenu à un accord avec le maestro de Galapagar afin de l’engager à deux reprises au cours de la temporada nîmoise 2020. Une année qui verra la célébration du 25e anniversaire de la prise d’alternative de José Tomás, conférée le 10 décembre 1995 à Mexico par Jorge Gutiérrez. A cette occasion, José Tomás officiera dans le cadre de deux corridas événementielles à la Feria de Pentecôte ainsi qu’à la Feria des Vendanges.

La première de ces corridas aura lieu le Dimanche de Pentecôte, 31 mai, à 11h30, avec quatre toros de différents élevages qui seront lidiés par José Tomás, en compagnie du rejoneador Pablo Hermoso de Mendoza, opposé pour sa part à deux autres exemplaires. Le dimanche 20 septembre, toujours à 11h30, José Tomás participera à son second paseo de l’année dans l’amphithéâtre romain, lors de la journée de clôture de la Feria des Vendanges. Il y défiera encore une fois quatre toros de différents élevages, au côté de la rejoneadora Léa Vicens, opposés à deux autres exemplaires.

La présentation officielle de ces cartels de la temporada nîmoise 2020 aura lieu au cours d’une conférence de presse à Nîmes.

Abrazo entre José Tomás et Simon Casas à l’issue de la corrida historique du 16 septembre 2012 aux arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

REVUE DE PRESSE : SÉBASTIEN CASTELLA PEAUFINE SA TEMPORADA MADRILÈNE

Posté le 05/03/20

L’an passé, Sébastien Castella a toréé trois corridas à Madrid, lors de la Feria de San Isidro, défiant les fers de Jandilla, Garcigrande et Victoriano del Río. Dans le cadre du vingtième anniversaire de sa prise d’alternative, le torero biterrois espère bien marquer d’une pierre blanche son passage dans la capitale espagnole. Selon le site d’informations taurines Mundotoro, Sébastien Castella figurerait sur deux cartels importants du prochain cycle isidril.

Dans une dépêche, Mundotoro croit savoir que le Français partagerait l’affiche avec Morante de la Puebla et José María Manzanares II, respectivement absents de la programmation madrilène depuis 2017 et 2018. Le site évoque également l’élevage d’Alcurrucén comme l’un des probables lots que Castella pourrait défier lors de cette feria.

Sébastien Castella a lidié cinq corridas intégrales d’Alcurrucén sur le sable de la Monumental de Las Ventas : la première s’est déroulée le 21 mai 2008, aux côtés d’Enrique Ponce et Morenito de Aranda. Trois ans plus tard, le 25 mai 2011, toujours en Feria de San Isidro, Castella a ravi une oreille de poids face à un excellent toro, ovationné à l’arrastre, en marge de la confirmation d’alternative de Joselito Adame, où Miguel Ángel Perera officiait en tant que témoin. S’il ne s’est rien passé en 2013 à Madrid face aux toros de la famille Lozano, c’est bien avec le fer historique du « PL » que Sébastien Castella a signé l’un de ses triomphes majeurs à Las Ventas, le 27 mai 2015, après avoir coupé les deux oreilles de « Jabatillo », extraordinaire 3e toro d’Alcurrucén, honoré d’une vuelta posthume. Morante de la Puebla et El Juli, qui complétaient le cartel, furent de simples spectateurs de la Grande porte du matador français.

La dernière comparution madrilène de Sébastien Castella devant les toros porteurs de la devise bleu ciel et noire remonte au 20 mai 2016, dans un cartel partagé avec El Juli et José Garrido, qui confirmait son alternative à Las Ventas. Si cette information se confirmait, elle marquerait le retour des toros d’Alcurrucén dans la programmation lidiadora de Sébastien Castella. En effet, le torero biterrois n’a plus croisé la route de cette ganadería depuis le 4 septembre 2016, où le public des arènes de Bayonne l’avait vu couper les deux oreilles du 4e exemplaire de la corrida, avant de partager la sortie en triomphe avec Daniel Luque.

Sébastien Castella liant sa cape de paseo dans le patio de cuadrillas des arènes de Las Ventas à Madrid, le 15 juin 2019 (crédit photo : Plaza 1).

Voir les actualités plus anciennes