ACTUALITÉS

A la une

AGENDA : LA TEMPORADA NÎMOISE DANS LES STARTING-BLOCKS

Posté le 18/02/20

Pas moins de dix-sept spectacles taurins seront à l’affiche des arènes de Nîmes en 2020. Dans les prochaines semaines sera dévoilée la programmation du Rendez-vous en Terre d’Afición, coup d’envoi traditionnel de la temporada dans l’amphithéâtre romain. Les 4 et 5 avril, différents actes autour de la découverte des cultures taurines seront proposés au public avec quelques nouveautés : une course camarguaise viendra enrichir la proposition dans laquelle figureront les ateliers pédagogiques, sans oublier la novillada sans picadors du Trophée Nimeño et l’incontournable novillada de la Cape d’or, qui retrouvera son caractère inaugural de début de saison.

Du 29 mai au 1er juin, la Feria de Pentecôte sera au centre de toutes les attentions, avec une programmation inédite et renouvelée. Corridas, course camarguaise et corrida équestre composeront le menu d’une édition au profil revisité. Les abonnés pourront bientôt profiter d’une promotion lors du lancement de la campagne de réabonnement.

Nouveauté aux arènes de Nîmes, les jeudis 20 et 27 août, des courses camarguaises seront proposées au public. Une belle manière d’enrichir la programmation de fin d’été des Jeudis de Nîmes, avec une nouvelle animation au cœur de l’amphithéâtre romain. Un spectacle qui s’inscrira dans la tradition des « courses de nuit », un grand classique qui a déjà fait les beaux soirs des arènes de Nîmes.

Du 18 au 20 septembre s’étalera la Feria des Vendanges avec ses corridas et sa novillada, pour la célébration du toro autour des grands noms de la temporada. Cette année, un enfant de Nîmes, El Rafi, sera au centre de toutes les attentions, puisqu’il prendra l’alternative au centre d’une piste qui l’a vu grandir. Une année 2020 prometteuse qui s’achèvera le dimanche 11 octobre avec la finale du Trophée des As, grande finale du Championnat de France de Course camarguaise.

Pour de plus amples renseignements sur cette saison taurine en préparation, n’hésitez pas à vous rapprocher du bureau de location SCP France des arènes de Nîmes, 4 rue de la Violette ou à appeler le standard au 08 91 70 14 01. Restez également fidèle à ce site www.arenesdenimes.com pour tout savoir des infos chères à notre plaza et à l’ouverture prochaine de la billetterie.

TEMPORADA : EL RAFI EN ÉTAT DE GRÂCE AU FESTIVAL TAURIN DE LA FLECHA

Posté le 17/02/20

Ce dimanche 16 février, les arènes de La Flecha, à Arroyo de la Encomienda (Valladolid) ont affiché complet pour la sixième édition du festival taurin organisé au profit de l’association « Sclérose multiple de Valladolid ». Venu toréer en 6e et dernière position, Rafi Raucoule a été le grand triomphateur de cette journée dominicale en obtenant la grâce du novillo « Cerecillo », n°7, de robe noire et né en janvier 2017. Un indulto qui illustre également la qualité de jeu proposé par les pupilles de Juan Manuel Criado.

Intense dans ses attitudes et vibrant dans chacune de ses séquences, El Rafi a excellé devant « Cerecillo ». La demande de grâce a été unanime à l’issue d’une faena particulièrement appréciée sur les gradins. Deux oreilles et la queue symboliques ont été accordées au novillero nîmois, qui a ainsi gracié son premier novillo depuis ses débuts dans cette catégorie en 2018.

Un triomphe qu’El Rafi a partagé avec Toñete, matador de toros bien connu à Nîmes depuis sa brillante alternative de l’édition 2018 de la Feria des Vendanges. Crédité des deux oreilles de son adversaire, le torero madrilène a proposé un ensemble muletero très varié, conclu d’une grande estocade. Une ovation à l’arrastre a salué le jeu du novillo tout au long de sa lidia.

Un trophée a été accordé au Fandi ainsi qu’à Pablo Aguado, dans deux registres distincts de toreo. Fort inspiré avec la cape et développant une tauromachie de lenteur, le matador sévillan a connu quelques passages brillants devant le 4e exemplaire de l’après-midi. En ouverture de course, El Fandi a réalisé un festival de cape et de banderilles spectaculaires avant de signer un trasteo fort dense.

Brillants sans toutefois pouvoir obtenir d’oreille, Cayetano et Emilio de Justo ont salué au tiers à l’arrastre des 2e et 3e novillos.

Derechazo profond d’El Rafi face à « Cerecillo », le novillo gracié de Juan Manuel Criado, ce dimanche lors du festival taurin de la Flecha (crédit photo : Twitter info Rafi Raucoule).

TEMPORADA : SÉBASTIEN CASTELLA, EL RAFI ET LÉA VICENS, TRIO TRICOLORE A SÉVILLE

Posté le 15/02/20

Le matador de toros biterrois Sébastien Castella sera le chef de lidia de la corrida de Núñez del Cuvillo, le samedi 2 mai, lors de l’avant-dernière journée de la Feria d’Avril de Séville. Le torero français officiera sera la locomotive d’un cartel de prestige, complété par José María Manzanares II et Andrés Roca Rey. A cette occasion, Sébastien Castella participera à la 36e corrida de sa carrière dans la capitale andalouse, où il avait lidié l’an passé un lot de Miura.

Léa Vicens participera également à la Feria d’Avril pour la 7e fois de sa carrière. L’amazone nîmoise est annoncée à l’affiche de la corrida équestre du dimanche 26 avril qui sera fournie par l’élevage de San Pelayo, propriété du Niño de la Capea. La rejoneadora française sera l’une des étoiles d’un cartel tourné vers l’avenir avec la présence à ses côtés d’Andrés Romero et Guillermo Hermoso de Mendoza. Absent de la temporada sévillane en 2019, Andrés Romero reviendra cette année à la Real Maestranza, où il avait triomphé il y a deux ans face à des toros de Fermín Bohórquez.

Deuxième Nîmois programmé dans le cycle sévillan, Rafi Raucoule participera à sa seconde novillada aux pieds de la Giralda. Le dimanche 24 mai, le novillero gardois sera le benjamin du cartel de la course de Villamarta, aux côtés du chef de lidia Javier Orozco et de l’expérimenté Mexicain Diego San Román. L’an passé, El Rafi avait donné une vuelta à Séville à l’issue de sa faena devant le 6e exemplaire de la novillada d’Espartaco. A l’issue de cette temporada, le novillero nîmois a annoncé qu’il allait prendre son alternative dans le cadre de la Feria des Vendanges.

Vuelta d’El Rafi à Séville lors de sa présentation à la Real Maestranza le 26 mai 2019 (crédit photo : empresa Pagés / Real Maestranza de Caballería de Sevilla).

 

TEMPORADA : SÉBASTIEN CASTELLA, REMPLACANT DE LUXE DE DIEGO VENTURA AU MEXIQUE

Posté le 13/02/20

C’est une rareté qui mérite d’être signalée. Le dimanche 23 février, sur les terres mexicaines de Jalostotitlán (Jalisco), une vedette de la tauromachie à pied remplacera une figura del rejoneo. Ainsi, Sébastien Castella prendra la place de Diego Ventura, qui a dû interrompre sa campagne après avoir un accident lors d’un entraînement.

Le cartel de cette corrida sera complété par les matadors mexicains Uriel Moreno « El Zapata » et Antonio García « El Chihuahua », particulièrement en vue depuis le début de la temporada dans la patrie chère à Salma Hayek. La terna défiera un lot de toros issu de la ganadería mexicaine de San Constantino. Depuis le début de la nouvelle année, Sébastien Castella s’est distingué en triomphant avec panache à Manizales, avant d’obtenir une oreille de poids, début février, à Bogota.

Cette corrida sera la troisième toréée par Sébastien Castella dans les arènes de Jalostotitlán. Il y avait triomphé lors de sa présentation, le 23 février 2009, aux côtés de Fernando Ochoa et Jerónimo, face à un excellent lot de Teófilo Gómez. Répété dix ans plus tard, le matador biterrois y avait partagé l’affiche le 5 mars 2019 avec le rejoneador Guillermo Hermoso de Mendoza et les toreros à pied El Payo et Luis David.

Sébastien Castella poursuit sa campagne latino-américaine en terre mexicaine (crédit photo : Plaza 1).

TEMPORADA : JANDILLA SE PROJETTE SUR LA NOUVELLE SAISON

Posté le 11/02/20

En 2019, l’élevage de Jandilla a fourni 13 corridas de toros, soit un total de 58 toros lidiés pour une coupe finale de 34 oreilles et l’octroi de 2 vueltas posthumes. Précisons que sur ces 58 exemplaires marqués du fameux fer de l’étoile à six branches, 41 ont été présentés en arènes de première catégorie, confirmant l’excellence du niveau de la ganadería de Borja Domecq. Parmi ces toros, quelques exemplaires de très bonne note avaient permis à Antonio Ferrera, Román et David de Miranda de signer les passages les plus denses de la corrida du 8 juin 2019 aux arènes de Nîmes.

Une ganadería qui sera de retour en 2020 dans l’amphithéâtre romain. C’est en tout cas ce qu’annonce Borja Domecq dans le cadre d’un entretien avec le site espagnol d’informations taurines Mundotoro : « cette année, nous allons présenter nos toros plus ou moins dans toutes les arènes où nous avons été présents lors des dernières temporadas. S’il n’y a pas trop de pertes, nous devrions pouvoir lidier entre 10 à 11 corridas de toros, une novillada formelle et un nombre important de novilladas sans picadors. Nous serons notamment présents à Madrid, Pampelune, Valencia, Séville ou encore Nîmes et Béziers, entre autres » précise le ganadero. « Notre camada s’est distinguée tout au long de l’année 2019 par sa régularité lors des grands rendez-vous. Cela n’est pas facile : atteindre la régularité et parvenir à ce que quelques toros se détachent chaque fois du lot est l’une des choses les plus difficiles qui soit » rappelle Borja Domecq, en évoquant notamment la grande tarde de Paco Ureña, qui avait coupé un total de quatre oreilles face aux toros porteurs de la célèbre devise bleue, à l’instar de Pablo Aguado quelques mois plus tôt à Séville.

Parmi les grands moments de la saison, Borja Domecq détache la grande vertu du toro « Horroroso », lidié à Valencia, et qui aurait mérité, selon lui, d’obtenir la grâce : « ce toro avait des qualités immenses, d’autant plus qu’il n’est pas simple pour un toro de charger avec le physique réclamé dans une arène de première catégorie comme Valencia, en tout début de saison ». Un élevage de Jandilla présenté comme un fer apprécié des toreros et générant l’intérêt des aficionados, avec un type de toro bien défini : « je veux un toro que, je le crois, cherche la majorité des éleveurs ; un animal qui permette aux toreros de créer une œuvre d’art, mais aussi d’émouvoir le public. Le toro se doit de proposer cette transmission que le public réclame et qui est nécessaire » affirme Borja Domecq Noguera, représentant d’une nouvelle génération de ganaderos au sein de l’élevage de Jandilla.

« Pensionista », 6e exemplaire de la corrida de Jandilla lidiée le 23 mai 2019 à Madrid (crédit photo : Plaza 1).

ESCALAFÓN DES MATADORS DE TOROS : JOSELITO ADAME EN EMBUSCADE

Posté le 10/02/20

Déjà leader le mois dernier, Antonio García « El Chihuahua » poursuit sa marche en avant en conservant la première place du Top 10 latino-américain des matadors de toros. Avec 8 corridas à son actif, 13 oreilles coupées et un toro gracié, le natif de Chihuahua a encore signé quelques succès dignes d’intérêt. Triomphateur à Arandas (Jalisco), El Grullo (Jalisco), Villa Hidalgo (Jalisco), Doxey (Hidalgo) ou encore Valladolid (Yucatán), avec un indulto à la clé, Antonio García réaffirme son statut de torero populaire dans son pays.

Il devance Joselito Adame, 2e avec 7 corridas toréées, 17 oreilles coupées, sans oublier une queue ravie le 24 janvier dernier à San Miguel de Allende (Guanajuato), lors d’une triomphale course en solitaire. Des grandes portes ouvertes à Moroleón (Guanajuato), Juriquilla (Querétaro), León et plus récemment Mexico, avec une faena grandiose proposée dimanche dernier lors de la corrida de l’Épée d’or face à un toro de Reyes Huerta. Un triomphe qui fait suite à une autre prestation de grande tenue de la part de Joselito Adame dans la capitale mexicaine, avec un autre pavillon ravi le 3 février dernier.

Uriel Moreno « El Zapata » monte sur la 3e marche du podium, fort de ses 7 oreilles coupées en 6 corridas toréées. Matador à la personnalité affirmée, le natif de Terrenate (Tlaxcala) s’est signalé le 12 janvier dernier en obtenant un total de trois pavillons à Mexico devant un lot étonnant de Pozohondo. Un triomphe de la plus haute importance confirmé cinq jours plus tard à El Grullo (Jalisco) et qui lui a notamment permis d’intégrer le prestigieux cartel de la corrida-anniversaire du 5-Février dans la capitale mexicaine.

José Mauricio apparaît au 4e rang avec 6 paseos à son actif et un total de 6 oreilles et 1 queue dans la colonne des trophées. Le torero originaire de Mexico s’est lui aussi distingué dimanche dernier dans les plus grandes arènes au monde en obtenant l’oreille du 4e toro de Xajay. Triomphateur à León et Ciudad Lerdo (Durango), ce matador a interpellé l’afición mexicaine par la singularité de son style.

5e, Antonio Ferrera est le premier matador espagnol à apparaître dans cette classification latino-américaine. Une temporada 2020 parfaitement débutée par le torero extremeño avec 7 trophées à son actif et un toro gracié en 5 corridas toréées. Plus que les chiffres, le style et le toreo de ressenti de Ferrera ont bouleversé le public mexicain depuis le début de l’année : une réalité qui s’est traduite en un mois par trois sorties en triomphe par la Grande porte de la Monumental de Mexico, avec l’indulto d’un toro de La Joya, « Tocayo » et le prix spécial de la corrida de l’Épée d’or.

Leo Valadez suit de près Antonio Ferrera, porté lui aussi par une belle dynamique de succès, matérialisée par 5 oreilles coupées en 5 courses toréées, avec un toro gracié. Le matador originaire d’Aguascalientes a ouvert en moins d’un mois les grandes portes des arènes de León (Guanajuato), Sombrerete (Zacatecas) et San Luis Potosí, avec l’indulto d’un exemplaire de De Santiago, ganadería de premier plan de l’autre côté de l’Atlantique. 7e, Sergio Flores totalise 6 oreilles et 1 queue en 4 courses, illustration d’un bon mois de janvier, dont un triomphe très convaincant à León le 1er février.

Frère cadet de Joselito Adame, Luis David occupe la 8e position avec 5 trophées à son actif pour 4 corridas toréées. Crédité d’un premier pavillon le 26 janvier dernier à Mexico face à un toro de Villa Carmela, le natif d’Aguascalientes a triomphé en suivi à León (Guanajuato) puis à Encarnación de Díaz « Jalisco). De bons résultats que Luis David n’a pu confirmer lors de sa répétition à la Monumental, dimanche dernier.

Au 9e rang, on retrouve l’inamovible Enrique Ponce, crédité de 4 oreilles et 1 queue en 4 paseos effectués de l’autre côté de l’Atlantique. Depuis le début de l’année, le maestro de Chiva a signé ses deux faenas les plus importantes à Mexico le 3 février dernier, puis à Ciudad Lerdo (Durango), cinq jours plus tard. Morante de la Puebla boucle ce Top 10 avec un pavillon récolté en 4 courses : une oreille d’importance puisque celle-ci a été accordée au matador andalou sur le sable de la Monumental de Mexico, le 5 février dernier, devant un exemplaire de Jaral de Peñas.

A ce jour, 50 matadors de toros figurent dans ce classement Escalafón, dont 24 toreros n’ayant officié qu’à une seule reprise depuis le début de saison latino-américaine.

La joie de Joselito Adame, l’un des triomphateurs de la corrida de l’Épée d’or, le 9 février dernier à Mexico (crédit photo : Emilio Méndez / Suerte Matador).

CULTURE TAURINE : JOSÉ GARRIDO CONQUIERT LE CŒUR DE LA JEUNESSE

Posté le 09/02/20

Il y a quelques années, Ginés Marín a été l’un des premiers matadors de la « nouvelle génération » à se servir des réseaux sociaux et de son image de torero âgé de 20 ans pour toucher un autre public. La popularité des jeunes matadors, rôdés aux exercices du « like » et des « stories » sur Facebook, Instagram et Snapchat, a favorisé l’émergence d’une nouvelle forme de communication. Aujourd’hui, bon nombre de toreros lancent des concours et des tirages au sort pour attirer aux arènes de jeunes aficionados.

Il y a quelques jours, c’est José Garrido qui a profité de l’occasion d’une journée au campo au sein de l’élevage de Voltalegre pour inviter six jeunes. L’occasion pour ces derniers, lauréats d’un tirage au sort lancé sur les réseaux sociaux, de découvrir la beauté du campo et la réalité de l’élevage du Toro brave dans son élément naturel. Originaires des quatre coins d’Espagne, les jeunes ont particulièrement l’initiative et l’originalité de la proposition faite par le torero natif de Badajoz, en pleine préparation de temporada.

Une belle expérience, synonyme de partage et de transmission, à encourager et à renouveler.

José Garrido a notamment proposé un tentadero a campo ambierto aux six jeunes qui avaient été tirés au sort (crédit photo : Francisco José Díaz / service presse de José Garrido).

TEMPORADA : THOMAS DUFAU LANCE SA SAISON AU VENEZUELA

Posté le 08/02/20

Dimanche dernier, Thomas Dufau a toréé sa première corrida de l’année, de l’autre côté de l’Atlantique, dans les arènes de San Cristóbal du Venezuela. Le torero français, qui avait coupé l’an passé la première oreille de la Feria de Pentecôte aux arènes de Nîmes, officiait pour la deuxième fois de sa carrière sur les terres chères à Edgar Ramírez. Il y a toute juste un an, pour sa présentation au Venezuela, Thomas Dufau avait gracié un toro de Rancho Grande et obtenu un grand triomphe dans ces arènes de San Cristóbal.

Cette année, le manque de qualité du lot de toros de Laguna Blanca n’a pas favorisé un résultat aussi flatteur malgré l’implication du trio de toreros composé par Thomas Dufau et les deux Vénézuéliens Fabio Castañeda et Jesús Enrique Colombo. Dans le cadre de cette corrida de clôture de la Feria de San Sebastián, seul Fabio Castañeda a pu tirer son épingle du jeu, ravissant l’oreille du 5e exemplaire du lot envoyé par le ganadero Euclides Sánchez. Un trophée que Thomas Dufau a obtenu à l’issue d’un bel effort devant le 7e toro de Rancho Grande, offert en supplément.

Jesús Enrique Colombo a également offert un sobrero aux 7.500 spectateurs présents sur les gradins des arènes. Malheureusement, l’exemplaire de Laguna Blanca s’est avéré similaire à ses frères en termes de manque de tempérament. Des applaudissements ont raccompagné le torero vénézuélien à la barrière. D’autres compromis sud-américains attendent Colombo dans les prochaines semaines, dont une corrida très importante avec Sebastián Vargas et Manuel Escribano ce dimanche à Bogota, puis les 22, 23 et 24 février à Mérida (Venezuela).

Derechazo de Thomas Dufau le 2 février dernier à San Cristóbal du Venezuela (crédit photo : Comana / service presse de Thomas Dufau).

ARÈNES DE NÎMES : LE NOUVEAU CONTRAT DE DSP SIGNÉ ENTRE LA VILLE DE NÎMES ET SCP FRANCE

Posté le 07/02/20

Quarante ans après la signature d’un premier contrat avec le maire de l’époque – Émile Jourdan – Simon Casas a apposé son nom au bas du parapheur du contrat de délégation de service public liant la société SCP France à la Ville de Nîmes pour l’organisation des spectacles tauromachiques de 2020 à 2024. Une signature qui fait suite au vote du conseil municipal du 14 décembre 2019, récemment confirmé par le juge des référés du Tribunal administratif de Nîmes. Cet acte s’est déroulé ce jeudi 6 février dans le bureau du maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier.

Place désormais à la préparation de la temporada 2020, avec plusieurs dates importantes : le Rendez-vous en Terre d’Afición le week-end des 4 et 5 avril, avec la novillada de la Cape d’or et la novillada sans picadors du Trophée Nimeño II, entre autres. Proposée du vendredi 29 mai au lundi 1er juin, la Feria de Pentecôte sera composée de six corridas – dont une équestre – et d’une course camarguaise. Elle sera suivie par la Feria des Vendanges, du 18 au 20 septembre, avec trois corridas et une novillada formelle, avant la clôture de la finale du Trophée des As, au mois d’octobre.

Au côté du maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, Simon Casas signe le nouveau contrat de délégation de service public concernant l’organisation des spectacles tauromachiques aux arènes de Nîmes (crédit photo : SCP France).

TEMPORADA : PRÉSENTATION DES CARTELS OFFICIELS DES FALLAS DE VALENCIA

Posté le 06/02/20

C’est dans le cadre de la salle Alphonse V d’Aragon du Centre culturel de la Beneficencia de Valencia, en présence de nombreuses personnalités du monde politique, culturel et sportif que s’est déroulée la présentation des cartels de la Feria des Fallas. Premier grand cycle tauromachique de la saison, cette feria sera composée de six corridas formelles, de deux novilladas piquées, d’une corrida équestre et d’une novillada sans picadors. Enrique Ponce, qui célébrera le 16 mars prochain, le trentième anniversaire de sa prise d’alternative, sera le seul torero à être répété au cours de cette feria, qui se déroulera du 8 au 19 mars.

Simon Casas a donné lecture de cartels marqués par le retour à Valencia de Morante de la Puebla après quatre années d’absence. Une feria qui verra également la réapparition en Europe d’Andrés Roca Rey après l’interruption de sa temporada au début de l’été 2019 pour des problèmes physiques. Les triomphateurs de la précédente saison valenciane officieront lors des différentes corridas, ainsi que l’atteste la présence de toreros comme Sébastien Castella et Paco Ureña, aux côtés de grands noms de l’Escalafón.

Les combinaisons pour ces Fallas de Valencia 2020 sont les suivantes :

  • Dimanche 8 mars (novillada sans picadors) : 6 erales de Jandilla et Vegahermosa pour Christian Parejo (École taurine de Béziers-Méditerranée), Emiliano Robledo (École de tauromachie d’Aguascalientes), Alejandro Peñaranda (École de tauromachie d’Albacete), Nino Julián (Centre français de Tauromachie / Nîmes), Javier Camps (École de tauromachie de Valencia) et Germán Vidal « El Melli » (École taurine « El Volapié »).
  • Jeudi 12 mars (novillada) : 6 novillos de Fuente Ymbro pour El Rafi, Miguel Senent « Miguelito » et Jordi Pérez « El Niño de las Monjas ».
  • Vendredi 13 mars (novillada) : 6 novillos d’El Parralejo pour Diego San Román, Tomás Rufo et Miguel Polope.
  • Samedi 14 mars (corrida) : 6 toros de Victoriano del Río & Cortés pour Sébastien Castella, Cayetano et Roca Rey.
  • Dimanche 15 mars (corrida) : 6 toros de Zalduendo pour Antonio Ferrera, Morante de la Puebla et José María Manzanares II.
  • Lundi 16 mars (corrida) : 6 toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce et Pablo Aguado, en mano a mano.
  • Mardi 17 mars (corrida) : 6 toros de Jandilla pour El Fandi, Emilio de Justo et Román.
  • Mercredi 18 mars (corrida) : 6 toros de Domingo Hernández & Garcigrande pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Paco Ureña.
  • Jeudi 19 mars (corrida équestre matinale) : 6 toros de Fermín Bohórquez pour Léa Vicens et Guillermo Hermoso de Mendoza, en mano a mano.
  • Jeudi 19 mars (corrida) : 6 toros de Fuente Ymbro pour Juan Leal, Jesús Duque et David de Miranda.

Précisons que l’abonnement pour ces Fallas de Valencia inclut également la novillada de la Vierge des Désemparés, qui se déroulera le samedi 9 mai 2020. Le cartel réunira Manuel Diosleguarde, José Fernando Molina et un troisième poste ouvert au novillero triomphateur des Fallas. Le lot de novillos réservé pour cette course portera le fer de Zacarías Moreno.

Voir les actualités plus anciennes