ACTUALITÉS

A la une

LA CORRIDA DU JOUR : DEMANDEZ LE SORTEO !

Posté le 18/09/20

Tous les jours, retrouvez sur le site officiel des arènes de Nîmes l’ordre de sortie des toros de la corrida du jour en scannant le QR code présent à l’intérieur des arènes au moyen de votre téléphone portable. Vous aurez accès à toutes les informations relatives à la course : présentation des élevages, des toreros, de la présidence, des officiels ainsi que le sorteo des toros, avec numéros, poids et dates de naissance. Ce système remplacera pour cette Feria des Vendanges les traditionnels programmes papiers distribués aux entrées des arènes, qui sont interdits en raison des mesures sanitaires prises concernant la pandémie de Covid-19.

Il est également possible d’y avoir accès en téléchargeant ce document PDF :

Téléchargez le sorteo en PDF de la corrida du vendredi 18 septembre 2020

QR code :

QR code du sorteo de la corrida de Victoriano del Río.

Présentation des toros de Victoriano del Río & Cortés (crédit photos : Pierrick Charmasson / SCP France) :

Présentation du lot de toros de Victoriano del Río & Cortés (crédit photo : Pierrick Charmasson).

Lot de toros de Victoriano del Río & Cortés aux corrals de la route de Beaucaire et tirage au sort en présence des représentants des toreros, de l’éleveur et des autorités municipales (crédit photo : Gilles Roussel).

LA CORRIDA DU JOUR : DE L’ESTHÉTIQUE DU TOREO

Posté le 18/09/20

Issus de trois terres taurines aux profils bien distincts, Enrique Ponce, Curro Díaz et Emilio du Justo se retrouvent pour la première fois de leur carrière sur une même affiche. Trois toreros de caractères dont l’expression artistique sait conquérir le cœur de bien des spectateurs. Par la finesse des courbes de ses passes et l’indéniable esthétique de leurs circonvolutions étirées, Enrique Ponce est devenu « le » torero de référence. En cette année si particulière de la célébration de ses 30 ans d’alternative, le maestro de Chiva accomplit une temporada estivale fort bien remplie. Les arènes de Béziers, du Puerto de Santa María ou encore d’Osuna ont encore été témoins de grandes démonstrations de la part du matador valencian. Autre esthète du toreo, Curro Díaz demeure une valeur sûre pour toutes les grandes ferias dignes de ce nom. Auteur d’une fin de temporada 2019 remarquable, le matador andalou sera de retour à Nîmes, où certaines de ses faenas demeurent dans les mémoires. Un amphithéâtre romain que retrouvera Emilio de Justo, quasiment deux ans après sa prestation exceptionnelle lors d’une corrida historique de Victorino Martín. Un matador cacereño bien décidé à passer la vitesse supérieure, notamment après ses triomphes de Plasencia et d’Olivenza. 

Corrida à suivre en direct et en intégralité sur les ondes de France Bleu Gard Lozère (90.2 FM / francebleu.fr) à partir de 17h25.

ÉPHÉMÉRIDES : ÇA S’EST PASSÉ UN 18 SEPTEMBRE

Posté le 18/09/20

- Dimanche 18 septembre 1988 : les arènes de Nîmes vivent une dernière journée intense de Feria des Vendanges avec en matinée une novillada entretenue de González Sánchez-Dalp qui voit le triomphe des apprentis-toreros français Bernard Marsella et Denis Loré. Crédité de deux pavillons, le novillero marseillais réaffirme sa volonté au côté d’un Loré fort inspiré, trois oreilles à la clé, avec une sortie en triomphe par la Porte des Consuls. Ignorant les caprices du vent, les deux novilleros tricolores s’imposent face à un Julio Aparicio plutôt atone. L’après-midi, la corrida d’Aguirre et Atanasio Fernández est complétée par deux exemplaires des fers de Manolo González. Aux côtés de Fernando Cepeda et Miguel Báez « Litri », Joselito signe une grande partition de toreo. Suave et naturel dans le tracé de son toreo, le jeune torero madrilène obtient un triomphe majeur. Une clôture magistrale pour la saison nîmoise, deux semaines avant que la capitale gardoise ne connaisse l’un des épisodes les plus tragiques de son histoire.

- Vendredi 18 septembre 1992 : la Feria des Vendanges débute par une novillada porteuse du fer de Juan Pedro Domecq. Auteur d’une belle temporada, Gilles Raoux est répété après sa prestation de Pentecôte, alors que Miguel Ángel García « Rondiño » effectue sa présentation aux arènes de Nîmes. Autre novillero débutant, le Malagüeño Javier Conde marque les esprits par son style et sa personnalité. Auteur de la faena la plus aboutie de l’après-midi, il ravit l’oreille du 6e exemplaire de Juan Pedro Domecq.

- Samedi 18 septembre 1999 : en cette deuxième journée de Feria des Vendanges, une novillada sans picadors matinale ouvre les débats aux arènes de Nîmes. Face aux erales de la Ganadería Cévenole, propriété de Gilbert Aymes, Julien Lescarret ravit l’unique oreille de la matinée. L’après-midi, le forfait de César Rincón transforme le cartel de la corrida de Jandilla en un mano a mano entre Fernandez Méca et Uceda Leal. L’unique pavillon de la course revient entre les mains du matador nîmois face au 3e toro d’un gris après-midi.

- Jeudi 18 septembre 2014 : une novillada de Fuente Ymbro fait l’ouverture de la Feria des Vendanges. Les meilleurs passages de l’après-midi sont à mettre au crédit de José Garrido, appelé à saluer au tiers à l’arrastre du 2e novillo, à l’instar de Borja Jiménez et Álvaro Lorenzo, respectivement devant les 1er et 3e exemplaires. Dans les cuadrillas, le banderillero Antoñares salue devant le 3e novillo.

- Vendredi 18 septembre 2015 : la première corrida de la Feria des Vendanges porte le fer de l’élevage salmantin du Puerto de San Lorenzo. Un lot de qualité qui voit la confirmation d’alternative du torero mexicain Octavio García « El Payo » face au toro « Argerón », n°88, negro, 513 kg, né en novembre 2009. Appelé à saluer au tiers à l’issue de sa première prestation, le matador originaire de Querétaro ne semble pas très inspiré pour sa première à Nîmes. Une oreille récompense en revanche la facilité technique de Daniel Luque devant le 2e exemplaire de l’après-midi, alors que Joselito Adame salue au tiers à l’issue de ses deux faenas.

- Dimanche 18 septembre 2016 : l’ultime journée de feria propose deux corridas particulièrement entretenues en termes de contenu. En fin de matinée, Thomas Joubert vient confirmer son alternative aux arènes de Nîmes face au toro « Descreído », n°166, negro bragado meano axiblanco, 522 kg, né en janvier 2012, de l’élevage de Cortés. Après la cérémonie d’échange des trastos parrainée par Juan Bautista, en présence de José María Manzanares II, Thomas Joubert se fait cueillir par le toro avant d’être transporté inconscient à l’infirmerie des arènes. Une fois soigné, il revient en piste pour lidier le 6e toro de Cortés, auquel il coupe les deux oreilles à l’issue d’une faena placée sous le sceau de l’émotion. Témoin de la cérémonie, José María Manzanares II livre une très belle partition de toreo devant le 2e Victoriano del Río auquel il ravit un pavillon. Le grand triomphateur de la matinée est Juan Bautista, qui obtient un total de trois oreilles et une queue, notamment après avoir tracé une faena grandiose devant le 5e exemplaire de Victoriano del Río, « Soleares », n°111, negro, 514 kg, né en décembre 2011, justement honoré d’une vuelta posthume à l’issue d’un admirable et émouvant combat jusque dans son dernier souffle de vie. La Porte des Consuls s’ouvre à nouveau pour le matador arlésien. L’après-midi, Luis David Adame, frère cadet de Joselito Adame, devient le 31e novillero à prendre l’alternative sur le sable des arènes de Nîmes. Il est le deuxième torero mexicain à être sacré matador de toros dans la capitale gardoise, six ans après l’alternative de Juan Pablo Sánchez. Alejandro Talavante, torero qui s’est en partie construit au Mexique, officie pour la première fois à Nîmes comme parrain d’alternative en remettant sa muleta entre les mains de l’impétrant face au toro « Sosegado », n°63, negro listón mulato, 534 kg, né en septembre 2011, de l’élevage de Núñez del Cuvillo. Particulièrement motivé en cette journée, Luis David Adame ravit l’oreille de ses deux adversaires et s’octroie le droit de sortir en triomphe par la Porte des cuadrillas pour sa « première » nîmoise. Un honneur qu’il partage avec son parrain de cérémonie, Alejandro Talavante, auteur d’une faena d’inspiration mexicaine, au contenu artistique fort dense, et récompensé des deux oreilles devant le 2e exemplaire de l’après-midi. Alberto López Simón maintient le même niveau d’exigence et se voit récompensé d’un trophée à l’issue de sa première faena.

Vuelta tout sourire pour Luis David Adame, auteur d’une brillante prise d’alternative le 18 septembre 2016 aux arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

FERIA DES VENDANGES : LÉA VICENS OUVRE LE BAL DES TRIOMPHES

Posté le 17/09/20

La rejoneadora française Léa Vicens n’a pas manqué son ouverture de la Feria des Vendanges aux arènes de Nîmes. En ravissant l’oreille de ses deux toros de Fermín Bohórquez, l’amazone nîmoise a une fois de plus prouvé la maîtrise de sa monte et proposé quelques figures remarquables de toreo à cheval, notamment devant le 4e exemplaire de l’après-midi. A l’issue de la corrida aux accents tricolores, Léa Vicens a été promenée en triomphe lors d’une vuelta finale.

Sébastien Castella a pour sa part ravi l’oreille du 5e toro de Vegahermosa après une faena consciencieuse, conduite avec technique, sens des distance et décision avec l’épée, après avoir salué à l’issue de sa première prestation. Un avis a résonné lors des deux faenas du matador biterrois auquel El Rafi a dédié son 6e novillo. L’apprenti-torero nîmois n’a pas ménagé ses efforts devant les novillos français de Malaga, obtenant lui aussi une oreille devant le 3e exemplaire toréé avec style et entrain. Un salut au tiers a ponctué une seconde prestation plus heurtée à la muleta mais tout de même marquée par quatre largas agenouillées consécutives, genoux en terre. Dans les cuadrillas, le banderillero José Chacón a salué lors du tiers de banderilles du 2e toro après avoir subi un accrochage au niveau du mollet gauche.

La première oreille de la Feria des Vendanges entre les mains de la rejoneadora française Léa Vicens (crédit photo : Anthony Maurin).

LA CORRIDA MIXTE DU JOUR : DEMANDEZ LE SORTEO !

Posté le 17/09/20

Tous les jours, retrouvez sur le site officiel des arènes de Nîmes l’ordre de sortie des toros de la corrida du jour en scannant le QR code présent à l’intérieur des arènes au moyen de votre téléphone portable. Vous aurez accès à toutes les informations relatives à la course : présentation des élevages, des toreros, de la présidence, des officiels ainsi que le sorteo des toros, avec numéros, poids et dates de naissance. Ce système remplacera pour cette Feria des Vendanges les traditionnels programmes papiers distribués aux entrées des arènes, qui sont interdits en raison des mesures sanitaires prises concernant la pandémie de Covid-19.

Il est également possible d’y avoir accès en téléchargeant ce document PDF :

Téléchargez le sorteo en PDF de la corrida mixte du jeudi 17 septembre 2020 en cliquant sur ce lien.

Lot de toros de Vegahermosa pour Sébastien Castella (crédit photo : Gilles Roussel).

LA CORRIDA MIXTE DU JOUR : FIERTÉS FRANCAISES

Posté le 17/09/20

Le premier paseo de cette Feria des Vendanges réunira trois des meilleurs représentants de la tauromachie française dans chacune de leurs catégories respectives. Bien avant le confinement, Léa Vicens avait idéalement débuté sa temporada 2020 par plusieurs succès en Espagne. Des habits de leader de la tauromachie équestre que l’amazone nîmoise a rehaussés d’ors et de lumières lors de ses récents triomphes à Béziers et aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Matador incontournable sur la planète taurine, Sébastien Castella sera l’une des locomotives de cette corrida tricolore, lui qui a brillé cet été à Béziers, Huelva ou encore Astorga. L’enfant du pays, « Rafi » Raucoule n’a pas été oublié en cette année 2020 si particulière qui le verra défiler au paseo de « son » amphithéâtre encore une fois en tant que novillero.

Corrida à suivre en direct et en intégralité sur les ondes de France Bleu Gard Lozère (90.2 FM / francebleu.fr) à partir de 17h25.

ÉPHÉMÉRIDES : CA S’EST PASSÉ UN 17 SEPTEMBRE

Posté le 17/09/20

- Vendredi 17 septembre 1999 : la Feria des Vendanges débute par une corrida porteuse du fer andalou d’El Torero. Entrée importante sur les gradins pour voir défiler au paseo Manuel Caballero, Manuel Díaz « El Cordobés » et José Tomás. Déception au final du fait de la fadeur du lot de Salvador Domecq, les trois toreros repartant bredouille de l’amphithéâtre romain.

- Jeudi 17 septembre 2015 : la Feria des Vendanges ouvre cette nouvelle édition par une novillada de Los Chospes, élevage inédit aux arènes de Nîmes. Le cartel de cette course de compétition réunit trois novilleros français – Lilian Ferrani, Louis Husson et Andy Younès – ainsi l’Andalou José Ruiz Muñoz, le Péruvien Joaquín Galdós et le Mexicain Leo Valadez. Cette novillada marque également la présentation nîmoise de cinq apprentis-toreros sur les six programmés, à l’exception d’Andy Younès, déjà présent à l’affiche de la précédente Feria de Pentecôte. L’unique vuelta de la journée est effectuée par Joaquín Galdós, auteur des gestes les plus convaincants de la novillada. Des saluts au tiers ponctuent les prestations de Lilian Ferrani, José Ruiz Muñoz et Andy Younès, ce dernier héritant du meilleur novillo du lot de Los Chospes, en 6e position. Leo Valadez est sanctionné d’un silence, tout comme Louis Husson, blessé en début de faena au niveau du bras gauche et forcé de laisser sa place à Lilian Ferrani.

- Samedi 17 septembre 2016 : deux corridas majeures sont à l’affiche de cette deuxième journée de la Feria des Vendanges. En fin de matinée, Rafaelillo prend la place de David Mora, blessé quelques jours plus tôt à Albacete, afin d’emmener un paseo complété par Juan Bautista et Miguel Ángel Perera face à des toros du Puerto de San Lorenzo. Héritant des deux meilleurs exemplaires du lot, le matador arlésien coupe un total de trois oreilles et ouvre une nouvelle Porte des Consuls. Le 2e toro de la course, « Clavituerto », n°52, negro, pesant 522 kg et né en mars 2012, est d’ailleurs honoré d’une vuelta posthume. L’après-midi, Sébastien Castella défie en solitaire six toros d’Adolfo Martín. C’est le troisième solo nîmois pour le matador biterrois, qui lidie pour la première fois les gris toros d’origine Albaserrada. Dans une corrida marquée du sceau de la technique et de la responsabilité, Castella ravit l’oreille des 2e et 5e toros. Une course qui voit Castella dédier deux de ses faenas aux maestros Fernando Botero – auteur de l’affiche de cette corrida – et Sebastián Palomo Linares, quelques mois avant sa disparition.

- Dimanche 17 septembre 2017 : deux corridas sont au programme de la journée de clôture de la Feria des Vendanges. En fin de matinée, le rejoneador Pablo Hermoso de Mendoza ouvre la Porte des cuadrillas après avoir obtenu les deux oreilles du 4e toro d’Ángel Sánchez y Sánchez. Le torero à cheval navarrais partage l’affiche avec deux matadors de toros opposés à quatre exemplaires de Victoriano del Río. Étonnamment en échec avec l’épée devant le 5e toro, Juan Bautista laisse s’échapper un grand triomphe acquis avec cape et muleta et doit se contenter d’un seul trophée. Audacieux dans sa proposition muletera, Ginés Marín se voit attribuer deux pavillons face au 3e exemplaire et ouvre lui aussi la Porte des cuadrillas au côté de Mendoza. L’après-midi, les toreros à l’affiche ne trouvent pas l’inspiration escomptée devant les toros de Ricardo Gallardo, porteurs du fer de Fuente Ymbro. Meilleur matador de la course, Paco Ureña salue à l’issue de deux prestations particulièrement valeureuses. Pour leur part, Joselito Adame et Juan del Álamo ne trouvent pas l’accord face aux exemplaires porteurs de la devise verte.

Levade de Pablo Hermoso de Mendoza lors de la corrida matinale du 17 septembre 2017 (crédit photo : Anthony Maurin).

HOMMAGE : LA CAVALERIE HEYRAL A CENT ANS

Posté le 17/09/20

Il y a un peu plus d’un siècle, le 23 mai 1920, la cavalerie de Jacques Heyral participait à sa première course dans les arènes de Nîmes. Au cartel, Malla, Punteret, Luis Freg, Limeño, Saleri II, Ernesto Pastor et le novillero Mariano Montes devant du bétail d’Aleas, Moreno Santamaría, López Plata, M. Lozano, Alipio Pérez Tabernero et Villamarta. L’année suivante, un premier caparaçon allait voir le jour avant que la protection soit homologuée en 1925 par l’Unión de Criadores de Toros de Lidia. Il faudra attendre le 7 février 1928 pour que le général Primo de Rivera impose l’usage du caparaçon en Espagne, soit sept années après la présentation du procédé ingénieux pensé par le grand-père de Philippe Heyral, actuel patron de la cavalerie des arènes de Nîmes.

Que de chemin parcouru pour cette grande dame, aujourd’hui centenaire, qu’est la cavalerie de la famille Heyral. Un caparaçon qui a évolué au fil des décennies jusqu’à une modification importante en 1950. Malheureusement pour la cavalerie nîmoise, Jacques Heyral n’a jamais déposé le brevet de son invention, motivée par son amour illimité des chevaux et sa volonté de les protéger.

Dans un article publié en mai dernier dans les colonnes du site internet Objectif Gard, Philippe Heyral confiait que la cavalerie Heyral avait lidié pas moins de 1.400 corridas depuis 1991, année de la disparition de son père, le mythique Louis Heyral dit « Loulou ». Il y évoquait la modernisation de son activité, sa constante recherche pour l’amélioration des matériels et l’allègement permanent des matières : « en 1990, un caparaçon pesait 60 kg, aujourd’hui il n’en pèse plus que 22 ». Des évolutions qui n’écartent pas Philippe et tous les membres de son écurie d’une quête perpétuelle : proposer aux spectateurs les plus beaux tiers de piques et que ceux-ci soient appréciés à leur juste valeur.

Ce jeudi 17 septembre, un hommage sera rendu à la cavalerie Heyral en ouverture de la Feria des Vendanges, lors de la corrida mixte donnée aux arènes de Nîmes. Une cavalerie novatrice, tricolore, qui sera célébrée au cœur d’une course 100% française.

HISTOIRE : 40e ANNIVERSAIRE POUR LA FERIA DES VENDANGES

Posté le 16/09/20

Même s’il y eut deux corridas des Vendanges en 1979, la première Feria des Vendanges de l’histoire a eu lieu en 1980. Un événement taurin créé par Simon Casas avec trois corridas programmées du 26 au 28 septembre : une première course de José Escobar pour Manolo Cortés, Ruiz Miguel et Roberto Domínguez, suivie le lendemain d’une corrida-concours d’élevages lidiée par Palomo Linares, Nimeño II et Tomás Campuzano. Pour la clôture, Paquirri, José María Manzanares et Espartaco officiaient devant un lot de Ramón Sánchez complété par un exemplaire d’Alipio Pérez-Tabernero. A cette époque, la partie festive était bien différente de celle qui rythme les nuits nîmoises de Pentecôte… On demandait même aux cafetiers installés autour des arènes de bien vouloir mettre un peu de musique à la sortie des arènes, histoire que l’ambiance festive soit au rendez-vous. Autres temps, autres mœurs, autre relation à une feria naissante. 

Si la Feria de Pentecôte est née en 1952, par la volonté du directeur des arènes et de l’ancien théâtre de l’époque, Ferdinand Aymé, avec l’appui de cinq clubs taurins nîmois, la Feria des Vendanges possède une histoire plus récente. Lors de la présentation des cartels, le 27 août dernier, le maire Jean-Paul Fournier a rappelé que « cette feria était indissociable de l’identité nîmoise ».

Quarante ans plus tard, Simon Casas a vu « sa feria » grandir et écrire quelques pages immenses de tauromachie : du solo de Paco Ojeda (1984) à celui de José Tomás (2012), en passant par la double alternative des fils Litri et Camino (1987), le sacre de Jesulín de Ubrique (1990), l’alternative de Marie Sara (1991), la première corrida d’El Juli (1998), les alternatives de Léa Vicens (2013) et de Roca Rey (2015), sans oublier les mano a mano de légende entre les plus grands toreros d’époque.

En 2020, la Feria des Vendanges débutera ce jeudi par une corrida mixte en hommage à la tauromachie française. Elle sera suivie le lendemain par une magnifique course de Victoriano del Río dont Simon Casas a dit en conférence de presse en mairie « Avec Ponce, l’un des toreros chéris du public nîmois, mon pronostic est gagnant, nous allons vivre une corrida passionnante ». Le samedi après-midi verra la prise d’alternative de Marcos, « un novillero qui était prêt à passer à l’échelon supérieur » rappelle le directeur des arènes, « dans la grande tradition des alternatives conférées à Nîmes ». Une « feria des 40 ans » qui s’achèvera le dimanche par une corrida équestre en fin de matinée et un mano a mano fort attendu l’après-midi entre Sébastien Castella et Miguel Ángel Perera.

« Rien ne peut m’enrichir plus que de voir sortir des arènes un public heureux » avait confié Simon Casas lors de la présentation des cartels. Un vœu à nouveau formulé pour cette édition d’anniversaire de la Feria des Vendanges, même si la fête taurine aura forcément une saveur différente cette année…

CORRIDA DU SAMEDI 19 SEPTEMBRE : MANZANARES FORFAIT, DANIEL LUQUE LE REMPLACE

Posté le 16/09/20

José María Manzanares II ne pourra pas tenir sa place ce samedi 19 septembre en tant que parrain d’alternative de Marcos face aux toros de Garcigrande. Victime d’une aggravation d’une ancienne lésion au niveau du dos, le torero d’Alicante devra se soumettre en urgence à une nouvelle opération ce samedi à l’hôpital San Juan de Dios, à León, renonçant ainsi à tous ses engagements. Manzanares, qui avait toréé sous infiltrations à Mérida, demeurait dans un état préoccupant, ressentant de nombreuses douleurs vertébrales. 


C’est Daniel Luque, récent triomphateur de la corrida de Miura de Sanlúcar de Barrameda, qui le remplacera. Une belle récompense pour le matador originaire de Gerena, qui avait coupé deux oreilles lors de la dernière Feria des Vendanges. Il officiera comme parrain d’alternative de Marcos, lui-même qui avait été sacré matador de toros à Nîmes des mains d’El Juli en 2007.


A ce jour, Daniel Luque figure au 7e rang de l’Escalafón des matadors de toros, juste devant Manzanares. Il totalise 9 oreilles coupées en 3 corridas toréées.

Daniel Luque dans le patio de cuadrillas des arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

Voir les actualités plus anciennes