ACTUALITÉS

A la une

DISPARITION : PALMIRA CAMACHO NOUS A QUITTÉS

Posté le 14/06/19

Elle aurait eu 90 ans le 20 novembre prochain. D’origine espagnole, sa famille avait fui l’Espagne, Palmira Camacho naquit à Saint-Gilles et écrivit son histoire sous le sceau de la passion taurine. Une femme qui allait tout faire pour assouvir son afición dans la France de l’après-guerre, quitte à toréer en cachette, contre l’avis de sa mère, Angelica.

Une apprentie-torera qui fit son éducation taurine au sein de la manade Thibaut, à Saliers, avant de participer aux capeas de la mythique troupe « El Gallo ». Dans son blog, l’aficionado arlésien Jacques Lanfranchi rappelle que « c’est à Lunel, dans un magnifique costume – robe portefeuille – confectionné par un tailleur local, le 1er novembre 1950, qu’elle signera l’un de ses plus grands succès devant des toros de Tardieu. Elle inaugurera également les tours de piste à la mexicaine, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Après un succès identique dans cette même plaza, face à des toros d’Etienne Boudin, elle se retirera ».

Une trajectoire brève qui lui fit vivre l’époque romantique du maletilla auto-stoppeur, mais rien ne pouvait altérer la force de caractère de la jeune Palmira. Pas même lorsque les gendarmes l’arrêtaient ou lorsque le vent et la pluie contrariaient ses déplacements à bicyclette sur la route reliant Saint-Gilles à Saliers. A l’époque, Luis Domingo écrivit dans les colonnes de la revue Toros : « Palmira possède les qualités qui font les toreros : courage, sang froid et vista ».

Mariée et mère de deux enfants, elle mena une carrière dans la restauration à Alès, Arles et Uzès. Le 29 octobre 2000, elle présida un festival taurin aux arènes de Gallician, chères au cœur de sa fille, la chanteuse Corinne Sauvage, épouse de Robert Pilès, alors directeur des arènes de Nîmes. L’actuel doyen des matadors français, qui travaille aujourd’hui avec Simon Casas aux arènes de Madrid, y coupa une oreille devant un toro de Manzanares, aux côtés du regretté maestro d’Alicante, Victor Mendes et Jonathan Veyrunes.

Simon Casas Production adresse ses condoléances attristées à la famille de Palmira Camacho, à ses proches ainsi qu’à toutes les personnes touchées par ce deuil. Un hommage lui sera rendu mercredi prochain, à partir de 14h30, aux arènes de Saint-Gilles.

Portrait de Palmira Camacho, torera de caractère dans la France de l’après-guerre (crédit photo : archives personnelles de la famille).

FERIA DE PENTECÔTE : LES CHIFFRES DE LA FERIA 2019

Posté le 12/06/19

25 OREILLES COUPÉES : 13 oreilles en corrida (3 pour Paco Ureña, 2 pour Antonio Ferrera, David de Miranda et Pablo Aguado, 1 pour Sébastien Castella, Thomas Dufau, Román et Andrés Roca Rey), 3 oreilles en novillada (2 pour El Rafi, 1 pour Diego San Román), 9 oreilles et 1 queue en rejoneo (3 oreilles et 1 queue pour Guillermo Hermoso de Mendoza, 3 oreilles pour Pablo Hermoso de Mendoza et Léa Vicens).

8 COURSES : 5 corridas, 1 course camarguaise, 1 novillada et 1 corrida équestre.

8 SORTIES EN TRIOMPHE : 4 par la Porte des Consuls (le matador de toros Paco Ureña et les rejoneadors Pablo Hermoso de Mendoza, Léa Vicens et Guillermo Hermoso de Mendoza) et 4 par la Porte des cuadrillas (les matadors de toros Antonio Ferrera, David de Miranda, Pablo Aguado et le novillero El Rafi).

6 SALUTS DE BANDERILLEROS : Rachid Ouramdane « Morenito d’Arles » (6e), de la cuadrilla d’El Rafi, lors de la novillada du samedi 8 juin 2019 ; José Chacón (3e), Fernando Pérez (3e) et Rafael Viotti (5e), de la cuadrilla de Sébastien Castella, lors de la corrida du dimanche 9 juin 2019 ; Ángel Otero et Víctor Manuel Martínez (5e), de la cuadrilla de Rubén Pinar, lors de la corrida de Victorino Martín du lundi 10 juin 2019.

3 CONFIRMATIONS D’ALTERNATIVE : David de Miranda, le samedi 8 juin 2019 face aux toros de Jandilla ; Pablo Aguado, le dimanche 9 juin 2019 face aux toros de Victoriano del Río ; Guillermo Hermoso de Mendoza, le lundi 10 juin 2019 face aux toros de Fermín Bohórquez.

2 TOROS CHANGÉS : le 5e exemplaire de la corrida de Jandilla, dévolu à Antonio Ferrera, et remplacé par un sobrero du même fer, le samedi 8 juin 2019 ; le 2e exemplaire de la corrida de Victorino Martín, dévolu à Rubén Pinar, et remplacé par un sobrero d’El Torero, le lundi 10 juin 2019.

1 VUELTA POSTHUME : 1 toro d’El Torero, « Pargo », n°15, castaño claro bociblanco, 531 kg (né le 26 janvier 2015), dévolu à Thomas Dufau (2e), le vendredi 7 juin 2019.

1 PICADOR APPLAUDI : Santiago Pérez, de la cuadrilla d’Octavio Chacón, monté sur le cheval « Pegaso », de la cavalerie Heyral, à l’issue du tiers de piques du 4e toro de Victorino Martín, le lundi 10 juin 2019.

1 QUEUE COUPÉE : 1 pour Guillermo Hermoso de Mendoza face au 6e toro de Fermín Bohórquez, lors de la corrida équestre du lundi 10 juin 2019.

1 PRÉSENTATION DE NOVILLERO : Francisco de Manuel, le samedi 8 juin 2019.

Le Dimanche de Pentecôte, Paco Ureña a coupé trois oreilles aux toros de Victoriano del Río et ouvert sa première Porte des Consuls aux arènes de Nîmes, quatre ans après sa présentation dans l’amphithéâtre romain (crédit photo : Anthony Maurin).

ESCALAFÓN DES MATADORS DE TOROS : ROCA REY REPREND LE LEADERSHIP

Posté le 11/06/19

1er avec 13 corridas toréées, 25 oreilles et 1 queue coupées, Andrés Roca Rey présente d’ores et déjà des chiffres impressionnants qui le positionnent idéalement pour battre peut-être ses records personnels de la saison 2018. A son avantage à Séville face aux toros de Jandilla, puis triomphateur à Madrid, Jerez de la Frontera (Cadix) et Sanlúcar de Barrameda (Cadix), le torero sud-américain réalise une temporada quasi-parfaite. A égalité de courses avec Morante de la Puebla, Roca Rey fait la différence en termes de pavillons ravis : seulement 9 oreilles coupées dans l’escarcelle de Morante, lui aussi crédité de l’oreille d’un Jandilla à Séville, et qui s’est montré à son avantage à Valladolid et Aranjuez (Madrid), sans oublier son triomphe de Jerez du 18 mai face à un toro de Domingo Hernández.

Sur la 3e marche du podium figure Julián López « El Juli », qui, avec 12 oreilles et 1 queue coupées en 11 corridas toréées, maintient une bonne moyenne de trophées. Après avoir gracié un toro de Garcigrande le 18 mai dernier à Jerez, le Madrilène a également triomphé le 2 juin à Aranjuez, deux jours après avoir ravi l’oreille d’un toro de Juan Pedro Domecq à Cordoue. Seule ombre au tableau : les silences qui ont raccompagné ses deux faenas le 24 mai dernier à Las Ventas. 4e, José María Manzanares II s’est distingué à Valladolid le 12 mai dernier en obtenant un trophée devant un exemplaire de García Jiménez, avant de signer deux sorties en triomphe consécutives à Jerez puis Aranjuez, qui portent son total de récompenses à 18 oreilles coupées en 10 courses toréées.

Avec 10 paseos et 9 oreilles au compteur, Sébastien Castella figure au 5e rang. Après avoir participé à la miurada de Séville, le matador biterrois a été ovationné lors de son premier après-midi madrilène, le 23 mai, face aux toros de Jandilla. Son dernier trophée récolté est celui glané dimanche après-midi à Nîmes lors de son mano a mano face à Roca Rey.

Étonnant 6e avec 9 oreilles en 9 courses, Antonio Ferrera signe un début de saison remarquable sublimé par sa Grande porte madrilène du 1er juin face aux toros de Zalduendo, avec trois trophées à la clé. Auteur d’une faena importante à Nîmes, le torero extremeño s’est justifié à chacune de ses prestations, signant encore une belle faena à Cordoue, le 30 mai, primée de l’oreille d’un toro de Virgen María. Un Ferrera suivi de près par son confrère originaire d’Estrémadure, Miguel Ángel Perera, crédité de 8 oreilles en 9 courses, triomphateur des Fuente Ymbro à Madrid le 15 mai dernier, et qui s’est encore récemment illustré à Albacete.

8e de la classification, Pablo Aguado est d’ores et déjà l’une des révélations de cette temporada du fait de son triomphe historique du 10 mai à Séville : quatre oreilles coupées face aux toros de Jandilla et une ouverture de la Porte du Prince qui l’ont définitivement fait entrer dans le cœur de l’afición sévillane. Un triomphe majuscule suivi d’une autre Grande porte, deux jours plus tard à Valladolid, puis lors de la corrida matinale du Dimanche de Pentecôte à Nîmes, avec une faena sublime, récompensée de deux trophées, face à l’ultime exemplaire du lot de Victoriano del Río.

Ginés Marín se classe au 9e rang après avoir coupé une oreille de poids à Madrid lors des courses de Montalvo du 18 mai et Domingo Hernández du 5 juin. Lors de cet ultime après-midi, le torero jerezano a été à deux doigts d’ouvrir la Grande porte de la Monumental de Las Ventas, effectuant deux vueltas. Également crédité d’une oreille lors de la corrida de Virgen María à Cordoue, le matador andalou semble traverser un grand moment artistique.

Cayetano ferme la marche de ce Top 10 avec 6 oreilles coupées en 8 corridas toréées. Programmé le 6 juin dernier à Lisbonne, le fils cadet du regretté Paquirri a effectué une vuelta à l’issue de ses deux prestations. Un silence a sanctionné chacune de ses faenas livrées à Albacete, lors de la corrida d’Asprona du 9 juin, face au bétail de Las Ramblas.

A ce jour, 86 matadors de toros figurent dans ce classement Escalafón, dont 30 toreros n’ayant officié qu’à une seule reprise depuis le début de saison européenne.

Chicuelina serrée du nouveau leader de l’Escalafón des matadors de toros, Roca Rey, lors de son mano a mano du Dimanche de Pentecôte à Nîmes face à Sébastien Castella (crédit photo : Anthony Maurin).

FERIA DE PENTECÔTE : OCTAVIO CHACÓN DOMINE LA CORRIDA DE CLÔTURE

Posté le 10/06/19

 

 

 

Arènes de Nîmes. Lundi 10 juin 2019. Sixième et dernière corrida de la Feria de Pentecôte. Temps splendide, avec léger vent. 2/3 entrée. 5 toros de Victorino MARTÍN (10 rencontres à la cavalerie ; tous applaudis à l’arrastre, exception faite du 3e exemplaire) et 1 sobrero d’EL TORERO (2e ; 2 rencontres à la cavalerie ; silence à l’arrastre), pour

Octavio CHACÓN (vert pistache & or souligné de noir) : 1 avis et salut au tiers – 1 avis et vuelta.

Rubén PINAR (céleste & or) : silence – salut au tiers.

Pepe MORAL (noir & argent) : silence – sifflets.

Présidence : M. Laurent Burgoa, assisté de MM. Crudo et Pouillard.

Durée de la course : 2h38.

- Rubén Pinar a dédié le 2e toro au footballeur Renaud Ripart, qui le suit assidument depuis son alternative nîmoise des Vendanges 2008.

- Pepe Moral a offert la faena du 3e toro à l’équipe médicale de l’infirmerie des arènes de Nîmes.

- Le picador Santiago Pérez (parme & or) a été applaudi (4e).

- Les banderilleros Ángel Otero (rouge & noir) et Víctor Manuel Martínez (vieux rose & noir) ont salué (5e).

 

 

FERIA DE PENTECÔTE : LA PORTE DES CONSULS S’OUVRE A LÉA VICENS AINSI QU’A PABLO ET GUILLERMO HERMOSO DE MENDOZA

Posté le 10/06/19

 

Arènes de Nîmes. Lundi 10 juin 2019. Cinquième corrida de la Feria de Pentecôte (rejoneo). Temps ensoleillé, un peu lourd. Plein. 6 toros de Fermín BOHÓRQUEZ (6e, ovationné ; les cinq autres applaudis à l’arrastre), pour

Pablo HERMOSO DE MENDOZA (en veste bleu marine & argent) : 1 oreille – 2 oreilles.

Léa VICENS (en chaleco velours bleu nuit brodé de noir) : 2 oreilles – 1 oreille.

Guillermo HERMOSO DE MENDOZA (en veste blanche & argent) : 1 oreille – 2 oreilles et la queue.

Présidence : M. Daniel-Jean Valade, assisté de MM. Baillet et Ceccarini.

Durée de la course : 2h27.

- Guillermo Hermoso de Mendoza, qui participait à sa première corrida équestre en France depuis son alternative sévillane, a confirmé face au toro « Dominante », de Fermín Bohórquez.

- Pablo Hermoso de Mendoza, Léa Vicens et Guillermo Hermoso de Mendoza sont sortis en triomphe par la Porte des Consuls.

LA CORRIDA DE LUNDI APRÈS-MIDI : L’ÉTOFFE DES HÉROS

Posté le 10/06/19

Le 16 septembre 2018, les spectateurs de la corrida de clôture de la Feria des Vendanges ont vécu avec les toros de Victorino Martín l’un des plus grands spectacles de la temporada. Du combat, de la beauté, du tempérament et une angoisse perlée d’émotion, comme si toutes les vertus de la tauromachie s’étaient données rendez-vous pour cette course. Leader incontesté des corridas dites « dures », Victorino Martín a choisi Nîmes pour sa première course de l’année en France. Un élevage incontournable, multirécompensé pour son lot des Vendanges, qui retrouvera le sens de la lidia avisé d’Octavio Chacón, triomphateur lors de cet après-midi. Grièvement blessé par le dernier toro de la course, Pepe Moral rappellera l’excellence de sa main gauche et l’héroïsme dont il avait fait preuve. Récent triomphateur des toros de Victorino Martín, Rubén Pinar fera son retour à Nîmes après neuf ans d’absence, mû par une nouvelle maturité, technique et professionnelle.

Corrida à suivre en direct et en intégralité sur les ondes de France Bleu Gard Lozère (90.2 FM / francebleu.fr) à partir de 17h25.

LA CORRIDA ÉQUESTRE DU LUNDI DE PENTECÔTE : STAR D’HIER, ÉTOILES DE DEMAIN

Posté le 09/06/19

Pablo Hermoso de Mendoza va laisser une trace indélébile dans le monde de la tauromachie équestre. Un quart de siècle de règne pour le « roi de Navarre » qui va confirmer l’alternative à son prometteur fils, Guillermo, en ce Lundi de Pentecôte. En 2018, lors de sa présentation à Nîmes, le nouveau centaure de la famille Hermoso de Mendoza avait triomphé avec éclat, ravissant une queue et ouvrant la Porte des Consuls. Une nouvelle étoile du rejoneo qui côtoiera la grande star nîmoise de la discipline, Léa Vicens, n°1 à l’Escalafón, qui retrouvera la ganadería de son alternative, le prestigieux élevage de Fermín Bohórquez.

FERIA DE PENTECÔTE : UN MANO A MANO A GUICHETS FERMÉS

Posté le 09/06/19

 

 

Arènes de Nîmes. Dimanche 9 juin 2019. Temps couvert et orageux (éclairage allumé au 4e toro). Plein (plus de billets). 6 toros de Juan Pedro DOMECQ (12 rencontres à la cavalerie ; applaudissements à l’arrastre pour les 1er, 3e et 4e exemplaires ; les autres sifflés), pour

Sébastien CASTELLA (parme & or) : 1 avis et vuelta – 1 oreille – silence.

Andrés ROCA REY (terre de Sienne & or) : silence – 1 avis et 1 oreille – silence.

Sobresaliente : Jérémy BANTI (vert buvard & noir).

Présidence : M. Julien Plantier, assisté de MM. Viallet et Galtier.

Durée de la course : 2h30.

- Sébastien Castella a dédié le 3e toro à Gérard Jugnot.

- Les banderilleros José Chacón (fuchsia & noir) et Fernando Pérez (bleu nattier & noir) au 3e, et Rafael Viotti (noir & argent) au 5e, ont salué.

- Andrés Roca Rey a offert le 6e toro à Sébastien Castella.

FERIA DE PENTECÔTE : PREMIÈRE PORTE DES CONSULS POUR PACO UREÑA, QUI TRIOMPHE AVEC PABLO AGUADO

Posté le 09/06/19

Arènes de Nîmes. Dimanche 9 juin 2019. Troisième corrida de la Feria de Pentecôte. Ciel voilé, s’éclaircissant progressivement, avec vent gênant. 2/3 entrée. 6 toros de Victoriano del RÍO (12 rencontres à la cavalerie ; applaudissements à l’arrastre pour les 3e, 5e et 6e exemplaires ; silence aux 1er et 4e ; 2e sifflé), très bien présentés et correctement armés (exception faite du 6e exemplaire, plus inégal), de peu de bravoure au fer, brusques et manquant de classe, donnant peu de jeu (exceptés les 3e, 5e et 6e, plus maniables ou maniables à la muleta, selon différentes nuances de toréabilité ; le 2e fut le toro le plus avisé), pour

Diego URDIALES (tabac & or) : silence – silence.

Paco UREÑA (gris souris & or) : 1 avis et 1 oreille – 1 avis et 2 oreilles.

Pablo AGUADO (vanille & or) : 1 avis et silence – 2 oreilles.

Présidence : M. Laurent Burgoa, assisté de M. Royer et Mme Louche-Idoux.

Durée de la course : 2h40.

- Pablo Aguado, qui se présentait en qualité de matador de toros à Nîmes, a confirmé son alternative face au toro « Breviato », de Victoriano del Río.

- Pablo Aguado est sorti en triomphe par la Porte des cuadrillas.

- Paco Ureña est sorti en triomphe par la Porte des Consuls.

LA CORRIDA DE DIMANCHE APRÈS-MIDI : LE CHOC DES TITANS

Posté le 09/06/19

Amateurs d’émotions fortes, cette corrida est faite pour vous : Andrés Roca Rey, torero majeur péruvien, n°1 à l’Escalafón, a choisi de défier le triomphateur de la saison nîmoise 2018, Sébastien Castella, autre matador vedette, ce Dimanche de Pentecôte. Trois ans après leur première confrontation nîmoise – qui avait tourné à l’avantage du Français – ce cartel de stars va réserver au public un mano a mano exclusif et passionnant. C’est à Nîmes et nulle part ailleurs que se déroulera la première corrida de Roca Rey cette année en France, face aux toros de Juan Pedro Domecq qui lui ont récemment souri à Castellón de la Plana. Une temporada exceptionnelle qui a déjà vu le torero sud-américain triompher de façon époustouflante à Madrid et Séville ! Une corrida à ne manquer sous aucun prétexte.

Corrida à suivre en direct et en intégralité sur les ondes de France Bleu Gard Lozère (90.2 FM / francebleu.fr) à partir de 17h55.

Voir les actualités plus anciennes