ACTUALITÉS

A la une

TEMPORADA : MADRID SOUS LE SIGNE DU TIRAGE AU SORT

Posté le 15/02/19

C’est donc officiel, Simon Casas a confirmé qu’un tirage au sort sera effectué afin d’élaborer les cartels de 10 corridas de la prochaine Feria de San Isidro à la Monumental de Las Ventas. Une expérience qui avait été inaugurée pour composer l’intégralité des combinaisons de la dernière Feria d’Automne, apportant une touche d’originalité et d’inconnue. Ce tirage au sort concernera 10 élevages et 10 toreros. Compte tenu de la longueur de la Feria de San Isidro – un mois de corridas quotidiennes – la méthodologie du « bombo » différera par rapport au tirage au sort effectué en septembre 2018 pour la Feria d’Automne.

Ainsi, il y aura deux tirages au sort effectués : le premier concernera un élevage, puis un torero associé à celui-ci. Les deux autres postes de toreros demeureront libres dans l’attente de compléter le cartel, avec différents critères de programmation : ces postes restant seront ouverts à des toreros ayant participé au « bombo » et souhaitant toréer une corrida supplémentaire, à des matadors de toros qui confirmeront leur alternative, à des toreros émergeants, à des matadors de toros habitués des « corridas dures » et qui auront l’opportunité d’intégrer un autre type de cartel, et enfin à d’autres toreros qui ont la légitimité pour figurer sur les affiches de la San Isidro.

Les toreros qui ne participeront pas au « bombo » pourront négocier avec l’organisateur leur participation à la San Isidro. Toutefois, ils ne pourront pas toréer l’un des 10 lots de toros réservés au seul tirage au sort. Une manière d’inciter les vedettes de la tauromachie à jouer le jeu du tirage au sort ! Les dix lots de toros retenus pour le « bombo » seront les suivants :

- Adolfo Martín.

- Alcurrucén (2 lots).

- Fuente Ymbro.

- Garcigrande / Domingo Hernández.

- Jandilla / Vegahermosa.

- Juan Pedro Domecq.

- Parladé.

- Puerto de San Lorenzo / Ventana del Puerto.

Paco Ureña a été le premier torero à se manifester pour participer à ce tirage au sort. Il a été suivi par Sébastien Castella, triomphateur le 30 mai 2018 à Madrid, et qui a déclaré que le « bombo » était « important car il apporte plus de variété dans les cartels et génère un plus grand intérêt auprès de l’aficionado ». Ginés Marín a été le troisième matador à déclarer son intérêt pour ce tirage au sort. Triomphateur face aux toros de Fuente Ymbro lors de la dernière Feria d’Automne, Diego Urdiales a logiquement annoncé sa participation au « bombo ». Enrique Ponce a également confirmé sa présence pour ce tirage au sort, ce qui porte à ce jour à cinq le nombre de toreros participant au « bombo ». Cinq places restent encore à pourvoir et des noms bien connus ne se sont toujours pas manifestés…

Un événement au sein de la Feria de San Isidro, l’un des événements tauromachiques du printemps, que les abonnés promotionnels des arènes de Nîmes pourront suivre notamment. Rappelons qu’une place pour une corrida de cette feria est offerte à tout abonné ayant bénéficié de son renouvellement d’abonnement promotionnel pour la Feria de Pentecôte.

10 lots de toros vont être associés à 10 matadors de toros selon le principe du tirage au sort pour 10 courses de la prochaine Feria de San Isidro (crédit photo : Plaza 1).

PATRIMOINE TAURIN : LE MINISTRE ESPAGNOL DE LA CULTURE RÉAFFIRME QU’IL NE TOUCHERA PAS A LA TAUROMACHIE

Posté le 14/02/19

La non-attribution de la Médaille d’or des Beaux-Arts à un acteur du monde taurin aura peut-être été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la patience pour la planète afición. Depuis cette décision, les réactions et les actions des entités défendant la culture taurine n’ont pas manqué, obligeant le ministre José Guirao à s’exprimer, notamment par le biais d’un courrier répondant à Victorino Martín, président de la très active Fondation du Toro de Lidia. Un ministre de la Culture et des Sports qui a réaffirmé clairement qu’un projet d’abolition de la tauromachie ne faisait pas partie de ses plans : « la tauromachie est une tradition ; une de celles qui ne s’interdisent ni s’imposent par décret » a-t-il déclaré devant la chambre des députés espagnols.

« L’opinion de nombreux Espagnols en faveur de la Tauromachie est aussi respectable que celle des anti-taurins, qui veulent défendre les animaux. Tous sont espagnols et toutes les opinions sont respectables » a botté en touche José Guirao, qui a également précisé la posture anti-taurine de la ministre de la Transition écologique relevait de « déclarations à titre personnel et qu’à ce titre son ministère n’a pas les compétences requises sur la Tauromachie. En aucun cas, elle n’a parlé au nom du gouvernement sur ce sujet ». Rappelons que la loi nationale espagnole 18/2013 confère aux pouvoirs publics la charge de « garantir la conservation et la promotion de la Tauromachie comme patrimoine culturel de tous les Espagnols, ainsi que la tutelle des droits de tous à avoir accès à sa connaissance et à son libre exercice lors de ses différentes manifestations ».

Paseo de l’avant-dernière corrida de l’édition 2011 de la Feria des Vendanges aux arènes de Nîmes, avec José Tomás au cartel (crédit photo : Anthony Maurin).

PATRIMOINE TAURIN : LE SÉNAT ESPAGNOL RECONNAÎT « LA VALEUR DE LA CHASSE ET DE LA TAUROMACHIE »

Posté le 12/02/19

Le Sénat espagnol vient de reconnaître « la valeur de la Chasse et de la Tauromachie » via le vote d’une motion. Cette dernière avait été présentée suite aux déclarations polémiques de la ministre socialiste Teresa Ribera, favorable à une interdiction de la Chasse et de la Tauromachie. Une ministre renvoyée dans les cordes avec 192 voix en faveur de la motion présentée par le Parti populaire espagnol reconnaissant « la valeur de la Chasse et de la Tauromachie », 46 voix contre et 2 abstentions.

Une motion défendue par le sénateur tolédan Tomás Burgos Beteta qui s’est exprimé ainsi sur le sujet : « nous avons souhaité mettre en évidence dans cette motion les éléments fondamentaux de secteurs incontournables pour le futur du campo. Les toros et la chasse sont imbriqués dans notre culture et nos traditions. Nous assistons à une campagne d’acoso y derribo contre ces traditions, avec une volonté d’interdiction (…) nous demandons le respect (…) cela fait des années que nous défendons les toros et la chasse, ici, au Sénat, ce que nous demandons aujourd’hui, c’est une reconnaissance. Nous qui aimons la chasse et les toros, ou une belle véronique et un bon muletazo, mesdames, nous demandons le respect ».

Parfois à géométrie variable dans ses votes sur la tauromachie, le groupe socialiste des sénateurs a voté en faveur de la motion : « nous réitérons que nous allons continuer à défendre les traditions de notre pays comme la chasse et la tauromachie mais, plus concrètement, la chasse à des fins sociales ». Sans surprise, le parti d’extrême gauche Podemos a maintenu sa posture anti-taurine en réclamant l’interdiction de ces deux activités.

Un toro de Miura dans les arènes de Nîmes lors d’une corrida de compétition ganadera le samedi 11 juin 2011 (crédit photo : Anthony Maurin).

TEMPORADA : RÉABONNEZ-VOUS POUR LA FERIA DE PENTECÔTE, LES COURSES DES 11 ET 13 MARS OFFERTES A VALENCIA

Posté le 11/02/19

Si vous avez d’ores et déjà renouvelé vos abonnements pour la Feria de Pentecôte, vous bénéficiez de l’offre promotionnelle mise en place par Simon Casas Production, avec une réduction de 5%, un paiement en trois et des invitations pour certaines courses des ferias de Valencia, Madrid et Alicante. Deux jours après la présentation des cartels des Fallas de Valencia par Simon Casas, nous révélons à nos abonnés pour quelles courses ils seront invités :

- Lundi 11 mars (17h00), première novillada des Fallas : 6 novillos de Guadajira pour Juan Cervera, Ángel Téllez et Francisco de Manuel.

- Mercredi 13 mars (17h00), deuxième corrida des Fallas : 6 toros d’Alcurrucén pour Álvaro Lorenzo, Luis David et Pablo Aguado.

 Deux cartels attractifs où nos abonnés auront la possibilité de revoir le novillero Ángel Téllez, qui s’était présenté à Nîmes lors de la dernière Feria de Pentecôte, et qui s’était distingué par la finesse et le classicisme de son toreo. Il sera accompagné de Juan Cervera et Francisco de Manuel, ce dernier ayant triomphé l’an passé à Madrid. Le surlendemain, ils auront la chance d’assister à une corrida très attendue en Espagne, avec trois toreros révélations : Álvaro Lorenzo, l’un des jeunes matadors les plus prometteurs du moment ; Luis David, qui s’érige d’ores et déjà comme le nouveau grand torero mexicain, et Pablo Aguado, qui a conquis Madrid en septembre dernier.

 Si vous souhaitez encore profiter de cette offre, ne tardez plus ! Appelez dès à présent le standard SCP des arènes de Nîmes au 08 91 70 14 01 (0,225 EUR/min) ou rendez-vous aux guichets du 4 rue de la Violette, afin de réserver vos abonnements pour la Feria de Pentecôte qui se déroulera du vendredi 7 au lundi 10 juin 2019 aux arènes de Nîmes. En plus des 5% de réduction sur votre abonnement – payable en 3 fois – Simon Casas Production vous invite à 5 courses en Espagne dans des ferias de prestige :

- 1 corrida (13 mars) et 1 novillada (11 mars) pour les Fallas de Valencia.

- 1 corrida pour les Hogueras d’Alicante.

- 1 corrida et 1 novillada pour la San Isidro de Madrid.

Une offre qui se déclinera également pour le renouvellement de votre abonnement pour la Feria des Vendanges – prévue du 13 au 15 septembre 2019 aux arènes de Nîmes – avec 5% de remise et 1 novillada offerte pour la Feria d’Automne à la Monumental de Las Ventas à Madrid.

Pablo Aguado, l’un des toreros révélations de 2018, officiera le 13 mars à Valencia. Les abonnés pour la Feria de Pentecôte sont notamment invités pour cette corrida (crédit photo : Plaza 1).

TEMPORADA : LA GRANDE PORTE DE LA MONUMENTAL S’OUVRE A PONCE, FLORES ET LUIS DAVID

Posté le 09/02/19

La temporada 2019 part sur d’excellentes bases. 24 heures après le triomphe convaincant de Joselito Adame à la Monumental de Mexico, les spectateurs qui emplissaient les arènes de la capitale mexicaine ont assisté à une grande corrida d’anniversaire. Une course qui s’est soldée par la sortie en triomphe des trois matadors de toros programmés, ainsi que de l’éleveur mexicain Eduardo Martínez Urquidi, dont les toros de Los Encinos ont participé au succès général de la journée.

En ouverture de course, Pablo Hermoso de Mendoza a écouté une division d’opinions avant de ravir l’oreille du bon 5e exemplaire, applaudi à l’arrastre lors d’un arrastre lent. Un bon niveau ganadero qui s’est traduit lors de la première faena déclinée par Enrique Ponce face au 2e toro de l’après-midi, « García Márquez ». Le ganadero avait effectivement choisi de baptiser les toros du lot par des noms de grands écrivains, philosophes et intellectuels aimant la tauromachie. Une faena extraordinaire, portée par des gestes au ralenti, suivie d’une estocade décisive et de l’octroi logique de deux oreilles, avec un arrastre à la clé pour « García Márquez ».

Deux oreilles également entre les mains du torero mexicain Sergio Flores, qui a obtenu un pavillon à l’issue de ses deux lidias, respectivement face aux toros baptisés « Ortega y Gasset » et « Wolff ». Un bel hommage au philosophe français Francis Wolff, au cœur de l’actualité avec la présentation du film documentaire Un Philosophe dans l’arène, réalisé par Jesús Muñoz et Aarón Fernández. Muleta en main, Flores a démontré le potentiel de l’évolution de son toreo, très solennel par naturelles.

Son compatriote, Luis David, qui complétait l’affiche, a lui aussi brillé de mille feux. La veille, il n’était encore que le costalero de son grand frère, Joselito Adame, triomphateur de la première corrida des festivités de l’anniversaire de l’inauguration de la Monumental de Mexico. Vêtu de lumières, Luis David a rappelé l’ampleur de sa trajectoire professionnelle et sa détermination à devenir un nom important de l’Escalafón. Deux ans et demi après son alternative nîmoise, le natif d’Aguascalientes a ravi avec force les deux oreilles de son premier toro baptisé « Vargas Llosa », en hommage au Prix Nobel de Littérature 2010. Une faena marquée par une grande variété muletera qui a enchanté les spectateurs des plus grandes arènes au monde. Trois triomphateurs et trois toreros dont on entendra encore certainement parler en 2019…

Véronique d’Enrique Ponce face au toro « García Márquez » lors de la corrida triomphale du 5 février 2019 à la Monumental de Mexico (crédit photo : Emilio Méndez pour Suerte Matador).

TEMPORADA : LES CARTELS OFFICIELS DES FALLAS DE VALENCIA

Posté le 07/02/19

Ambiance des grands soirs lundi dernier au sein du Centre culturel « La Beneficencia » de Valencia, où la société Simon Casas Production a officialisé les cartels de l’édition 2019 des Fallas. Une feria très attendue, dont la présentation des différentes courses s’est faite en présence de nombreuses personnalités du monde taurin, de la sphère politique et de la société civile valenciane. Des Fallas qui verront le maestro de la province, Enrique Ponce, officier à deux reprises, la réapparition de Paco Ureña, six mois après sa grave blessure à l’œil gauche d’Albacete, la prise d’alternative du local Jesús Chóver ou encore le grand retour de Victorino Martín, absent de cette feria depuis 13 ans.

Les cartels présentés par Simon Casas sont les suivants :

- Samedi 9 mars (17h00), novillada sans picadors : 6 erales de Daniel Ramos pour Jesús Moreno, Miguel Polope, Rafael León, Jordi San José, Jorge Martínez et Emiliano Robledo.

- Dimanche 10 mars (17h00), première corrida des Fallas : 6 toros de Victorino Martín pour Rafaelillo, Octavio Chacón et Fortes.

- Lundi 11 mars (17h00), première novillada des Fallas : 6 novillos de Guadajira pour Juan Cervera, Ángel Téllez et Francisco de Manuel.

- Mardi 12 mars (17h00), seconde novillada des Fallas : 6 novillos d’El Parralejo pour Diego San Román, Miguelito et Borja Collado.

- Mercredi 13 Mars (17h00), deuxième corrida des Fallas : 6 toros d’Alcurrucén pour Álvaro Lorenzo, Luis David et Pablo Aguado.

- Jeudi 14 mars (17h00), troisième corrida des Fallas : 6 toros de Zalduendo pour Antonio Ferrera, El Fandi et López Simón.

- Vendredi 15 mars (17h00), quatrième corrida des Fallas : 6 toros de Victoriano del Río & Cortés pour El Juli, Roca Rey et Jesús Chóver, qui prendra l’alternative.

- Samedi 16 mars (17h00), cinquième corrida des Fallas : 6 toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, José María Manzanares II et Paco Ureña.

- Dimanche 17 mars (17h00), sixième corrida des Fallas : 6 toros de Jandilla & Vegahermosa pour Diego Urdiales, Sébastien Castella et Cayetano.

- Lundi 18 mars (17h00), septième corrida des Fallas : 4 toros de Garcia Jiménez & Olga Jiménez et 2 toros de Los Espartales (rejoneo) pour Diego Ventura, Enrique Ponce et Toñete.

- Mardi 19 mars (11h30), huitième corrida des Fallas (rejón) : 6 toros de Fermín Bohórquez pour Sergio Galán, Leonardo Hernández et Léa Vicens.

- Mardi 19 mars (17h00), neuvième et dernière corrida des Fallas : 6 toros de Fuente Ymbro pour Emilio de Justo, Román et Ginés Marín.

Cette première partie de la programmation aux arènes de Valencia est complétée par la novillada traditionnelle des festivités de Notre-Dame-des-Abandonnés, le samedi 11 mai (18h30), avec un lot de novillos de Montealto qui verra le Nîmois Adrien Salenc officier aux côtés de Marcos et du novillero triomphateur des Fallas.

Rappelons que pour tout renouvellement de votre abonnement de la Feria de Pentecôte dans le cadre de notre offre promotionnelle, vous bénéficiez d’une invitation pour 1 novillada et 1 corrida pour ces Fallas de Valencia. A cela s’ajoute une réduction de 5% sur le prix de l’abonnement, un paiement à trois fois, ainsi qu’une invitation pour une corrida de la Feria d’Alicante ainsi qu’une invitation pour une corrida et une novillada de la San Isidro à Madrid.

L’affiche 2019 des Fallas de Valencia et ses 12 courses ont été dévoilées lundi soir par Simon Casas.

TEMPORADA : TRIOMPHE DE JOSELITO ADAME A MEXICO

Posté le 05/02/19

La Monumental de Mexico a enregistré un joli plein dans le cadre de la première corrida des fêtes du 73e anniversaire de l’inauguration des plus grandes arènes au monde. Le cartel, particulièrement attractif, réunissait le rejoneador Diego Ventura et les matadors de toros Joselito Adame, Ernesto Tapia « Calita » et Andrés Roca Rey. Le plateau ganadero était composé des fers d’El Vergel pour le rejoneo et de Montecristo pour la lidia à pied.

Joselito Adame a été le grand protagoniste de cette course en ravissant les deux oreilles de son premier toro puis en obtenant un nouveau pavillon à l’issue de sa seconde faena, après avoir écouté une pétition de deuxième trophée ! Une très belle performance de la part du torero originaire d’Aguascalientes, porté en triomphe par l’un de ses frères cadets, Luis David, sacré matador de toros à Nîmes il y a deux ans et demi. Joselito Adame a particulièrement brillé sur le tracé de ses naturelles, livrant deux faenas profondes face à un bon lot de Montecristo.

Crédité de l’oreille de son premier toro, Andrés Roca Rey a également proposé une belle partition de toreo, passant de peu à côté d’un succès plus important. Également remarquable dans son toreo gaucher, le matador péruvien a perdu la sortie en triomphe par la Grande porte à une épée près. Le 8e et dernier toro de l’après-midi, particulièrement brusque et violent, ne lui a pas permis de se mettre en évidence.

Sans obtenir de trophée, Calita a également brillé lors de sa première faena, perdant lui aussi une oreille certaine devant le 3e toro du fait de sa maladresse avec l’épée. Le rejoneador Diego Ventura a salué pour sa part à l’issue de sa première prestation, butant en suivi face à la mansedumbre du 5e exemplaire porteur du fer d’El Vergel.

Sortie en triomphe particulièrement fêtée pour Joselito Adame, sur les épaules de son petit frère, le matador Luis David (crédit photo : Emilio Méndez pour Suerte Matador).

TEMPORADA : THOMAS DUFAU OBTIENT LA GRÂCE D’UN TORO A SAN CRISTÓBAL DU VENEZUELA

Posté le 03/02/19

Au Venezuela depuis quelques semaines, Thomas Dufau a tenu à honorer son engagement pour la 54e édition de la Feria de San Sebastián, aux arènes de San Cristóbal. Une corrida qui a dû être décalée d’une semaine en raison de la grave crise de régime que traverse le pays. Malgré une entrée bien faible – qui s’explique notamment par l’actualité vénézuélienne – le matador de toros français a été le grand triomphateur de cette deuxième corrida de la feria.

Opposé à deux toros d’El Prado et Rancho Grande – deux élevages vedettes au Venezuela – Thomas Dufau a livré la meilleure version de son toreo, obtenant l’oreille de son premier exemplaire. En pleine confiance, le torero natif de Mont-de-Marsan a ravi les deux oreilles symboliques après avoir convaincu le président de la course d’octroyer la grâce du 5e toro, « Sonsonete », n°183, 450 kg, de la ganadería de Rancho Grande. Eduardo Gallo et le torero vénézuélien César Valencia complétaient le cartel.

Cette corrida marquait les débuts de Thomas Dufau au Venezuela. Elle appelle incontestablement à des lendemains heureux pour le protégé de la famille Pilès. Pour Rancho Grande, cette grâce n’est pas une première : ganadería incontournable des ferias sud-américaines, le dernier indulto d’un toro marqué du fer vénézuélien remontait au 11 février 2018 à Mérida (Venezuela), à l’issue d’une faena majeure de César Valencia.

Vuelta triomphale pour Thomas Dufau après la grâce du toro « Sonsonete », de Rancho Grande (crédit photo : Federico Montes).

TEMPORADA : SÉBASTIEN CASTELLA, TRIOMPHATEUR DE LA FERIA DE CALI

Posté le 02/02/19

La direction des arènes de Cañaveralejo, à Cali (Colombie), a proclamé les prix de l’édition 2018 de sa Feria del Señor de los Cristales. Le prix du meilleur matador de toros et triomphateur du cycle est revenu à Sébastien Castella, plusieurs fois lauréat dans ces arènes sud-américaines. Le trophée de l’élevage triomphateur a été attribué pour sa part à la ganadería colombienne d’Ernesto Gutiérrez. Un fer également lauréat du prix du meilleur toro pour « Boticario », n°89, 524 kg, gracié par Sébastien Castella lors de la corrida célébrée le 30 décembre 2018 à Cali.

Le palmarès de cette feria est complété par le trophée du meilleur subalterne banderillero, décerné à John Jairo Suaza « Chiricuto », alors que le prix du meilleur picador est revenu à Clovis Velásquez.

Brindis de Sébastien Castella au public des arènes de Nîmes lors de son solo du 17 septembre 2016 (crédit photo : Anthony Maurin).

TEMPORADA : LE PRINTEMPS DES NOVILLADAS DE LAS VENTAS

Posté le 31/01/19

Les novilladas de printemps sont un grand classique madrilène. En ce début de temporada 2019, la direction des arènes de Las Ventas n’a pas dérogé à la règle en donnant le profil global de sa programmation. Trois novilladas sont annoncées les dimanches 24 et 31 mars, puis le 7 avril, à 18h00.

La première d’entre elles marquera le premier des six passages annoncés de l’élevage de Fuente Ymbro par la capitale espagnole en cette nouvelle saison. Des novillos de Ricardo Gallardo qui seront défiés par trois apprentis-toreros ayant marqué les esprits en 2018 : Rafael González, Ángel Téllez et Francisco de Manuel.

Rappelons que González s’est illustré l’an passé en toréant trois courses sur le sable madrilène, avec plusieurs oreilles à la clé, notamment lors de la finale du concours estival des novilladas nocturnes. Également programmé à trois reprises en 2018 à Madrid, Ángel Téllez est un autre nom bien connu de l’afición madrilène, auteur d’une faena importante en août dernier à Las Ventas avant d’être sacré triomphateur de la Feria d’Algemesí (Valencia). Francisco de Manuel sera lui aussi répété à Madrid après avoir triomphé lors de la dernière Feria de San Isidro ou encore lors des Sanfermines de Pampelune, entre autres. Lui aussi a toréé trois courses à Las Ventas en 2018.

Les cartels des deux autres novilladas de printemps des dimanches 31 mars et 7 avril seront communiqués ultérieurement.

Vuelta du novillero Rafael González le 15 avril 2018 à la Monumental de Las Ventas à Madrid (crédit photo : Plaza 1).

Voir les actualités plus anciennes