ACTUALITÉS

A la une

ESCALAFÓN DES NOVILLEROS : FRANCISCO DE MANUEL CONFIRME SES INTENTIONS

Posté le 20/09/19

Francisco de Manuel poursuit sa marche en avant sur le podium du Top 10 des novilleros : 2e avec 21 novilladas toréées et 14 oreilles coupées, le Madrilène s’est distingué au cours du dernier mois en triomphant à Collado Mediano (Madrid), Valdilecha (Madrid) ou encore Navalcarnero (Madrid). Il demeure encore nettement distancé par le leader, Javier Orozco, qui tient solidement sa première place à l’Escalafón avec 29 paseos à son actif et surtout 42 oreilles et 1 queue au compteur des trophées. Le novillero originaire de Ronda (Málaga) a ouvert les grandes portes des arènes de Casavieja (Ávila), Cantimpalos (Ségovie), Carbonero el Mayor (Ségovie), Calera y Chozas (Tolède) ou encore Galapagar (Madrid) face à des lots variés en termes de profils d’élevages et d’encastes.

3e, Manuel Diosleguarde a réalisé un bon mois d’août, totalisant à ce jour 20 novilladas toréées pour 22 oreilles coupées. Plusieurs faenas importantes, réalisées à Peñaranda de Bracamonte (Salamanque) et Bayonne l’ont assuré de triomphes qui ont marqué les esprits. Le novillero salmantin est à égalité de courses avec Carlos Aranda, 4e avec une moyenne parfaite de 20 oreilles glanées en 20 courses toréées.

Originaire de Daimiel (Ciudad Real), Aranda a perdu deux places au classement au cours du dernier mois, malgré des prestations valeureuses, notamment à Solanillos del Extremo (Guadalajara). 5e, Diego San Román demeure une valeur de cet Escalafón des novilleros avec 20 novilladas toréées et un total de 18 oreilles et 1 queue au compteur des trophées. Les grandes portes des arènes de Collado Mediano, Villaseca de la Sagra (Tolède), Trillo (Guadalajara), Cercedilla (Madrid) et Fuensalida (Tolède) se sont ouvertes au novillero originaire de Querétaro (Mexique).

6e, Daniel Barbero a officié à 18 reprises depuis le début de la temporada européenne, avec un total de 23 pavillons récoltés. Son dernier mois a été notamment marqué par un triomphe acquis à Escalona (Tolède). Derrière le novillero natif d’Alcalá del Río (Séville) apparaît Antonio Grand au 7e rang, avec 11 oreilles coupées en 18 courses toréées. L’apprenti-torero de San Muñoz (Salamanque) s’est notamment mis en exergue le 10 septembre dernier en triomphant lors de la Feria de Valladolid face à du bétail de Torrealba, confirmant sa bonne passe six jours plus tard avec une nouvelle grande porte ouverte à Mejorada del Campo (Madrid).

8e, Rafael González présente un total de 17 novilladas toréées, 16 oreilles et 2 queues coupées. Auteur d’une saison sérieuse, l’apprenti-torero madrilène a triomphé de façon importante à Recas (Tolède), en obtenant la queue d’un novillo de Fernando Peña. Il devance Maxime Solera, qui a rétrogradé de six places en l’espace d’un mois : 17 paseos et 14 trophées récoltés pour le novillero provençal, triomphateur à Checa (Guadalajara) et Andorra (Teruel), estoquant six novillos issus des six élevages dans ces dernières arènes.

Mario Sotos boucle ce Top 10 avec 16 novilladas toréées et 11 oreilles coupées : le novillero natif de La Hinojosa (Cuenca) s’est notamment distingué à Higuera de las Dueñas (Ávila) devant un novillo d’Enrique Ponce, le 8 septembre dernier.

A ce jour, 126 novilleros figurent dans ce classement Escalafón, dont 39 apprentis-toreros n’ayant officié qu’à une seule reprise depuis le début de la saison européenne.

Salut de Francisco de Manuel lors de sa présentation aux arènes de Nîmes, le samedi 8 juin 2019 (crédit photo : Anthony Maurin).

ÉPHÉMÉRIDES – CA S’EST PASSÉ UN 19 SEPTEMBRE

Posté le 19/09/19

- Dimanche 19 septembre 1999 : d’importantes précipitations sur Nîmes conduisent à l’annulation de la dernière journée de la Feria des Vendanges. Les deux corridas prévues en fin de matinée et l’après-midi n’auront finalement pas lieu. Étaient annoncés à l’affiche Patrick Varin, Richard Milian et Cristina Sánchez face à une corrida de Carlos Núñez en fin de matinée, puis des toros de Celestino Cuadri l’après-midi pour Fernandez Méca – remplaçant Juan José Padilla, blessé – Denis Loré et José Luis Moreno.

Ombre d’un picador sur les barrières des arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

ÉPHÉMÉRIDES : CA S’EST PASSÉ UN 18 SEPTEMBRE

Posté le 18/09/19

- Samedi 18 septembre 1999 : en cette deuxième journée de Feria des Vendanges, une novillada sans picadors matinale ouvre les débats aux arènes de Nîmes. Face aux erales de la Ganadería Cévenole, propriété de Gilbert Aymes, Julien Lescarret ravit l’unique oreille de la matinée. L’après-midi, le forfait de César Rincón transforme le cartel de la corrida de Jandilla en un mano a mano entre Fernandez Méca et Uceda Leal. L’unique pavillon de la course revient entre les mains du matador nîmois face au 3e toro d’un gris après-midi.

Détail du public des arènes de Nîmes (crédit photo : Anthony Maurin).

ÉPHÉMÉRIDES : CA S’EST PASSÉ UN 17 SEPTEMBRE

Posté le 17/09/19

- Vendredi 17 septembre 1999 : la Feria des Vendanges débute par une corrida porteuse du fer andalou d’El Torero. Entrée importante sur les gradins pour voir défiler au paseo Manuel Caballero, Manuel Díaz « El Cordobés » et José Tomás. Déception au final du fait de la fadeur du lot de Salvador Domecq, les trois toreros repartant bredouille de l’amphithéâtre romain.

Portrait de Manuel Caballero aux arènes de Madrid, l’un des nombreux matadors de toros sacrés aux arènes de Nîmes (crédit photo : Victorino-Martín.com).

FERIA DES VENDANGES : LE NOVILLERO NÎMOIS SOLALITO COUP DE CŒUR DE SIMON CASAS PRODUCTION

Posté le 16/09/19

Foule des grands soirs au Carré des partenaires de Simon Casas Production : à la sortie de l’ultime corrida de la Feria des Vendanges, un hommage a été rendu au novillero nîmois Solal Calmet « Solalito ». Récipiendaire de l’unique oreille accordée lors de la novillada du samedi 14 septembre, l’apprenti-torero formé au Centre français de Tauromachie s’est vu attribuer le coup de cœur de l’empresa Simon Casas Production. Un cadeau matérialisé par la remise d’un magnifique bagage en cuir, marqué de ses initiales « SC », œuvre du jeune et talentueux maroquinier nîmois Arthur Pons.

L’occasion de retracer la trajectoire taurine de Solalito, qui a découvert la tauromachie dès l’âge de six ans, aux côtés de ses parents, et qui a dès lors contracté le virus taurin. Un parcours retracé par ses proches, au premier rang desquels Norman Dumon, avant que Solal ne prenne la parole afin d’évoquer son ressenti, ses émotions vécues lors de cette matinée nîmoise. La veille, c’est Sébastien Castella qui était présent au côté de l’artiste-peintre Muriel Goro pour un autre hommage, alors que Simon Casas s’est vu remettre dimanche des mains du footballeur Renaud Ripart un maillot du Nîmes olympique floqué à son nom du numéro « 1 ».

Le novillero Solal Calmet « Solalito », coup de cœur de Simon Casas Production, au côté du maroquinier Arthur Pons et de la belle jeunesse taurine nîmoise qui aime ses arènes et ses corridas (crédit photo : Annie Saurel / SCP).

FERIA DES VENDANGES : UN ÉPOUSTOUFLANT JUAN LEAL OUVRE LA PORTE DES CONSULS POUR LA CORRIDA DE CLÔTURE

Posté le 15/09/19

Le matador de toros français Juan Leal a ouvert la Porte des Consuls ce dimanche soir aux arènes de Nîmes, en conclusion de la quatrième et dernière corrida de la Feria des Vendanges. Crédité d’un total de trois oreilles face à un bon lot de Fuente Ymbro, le torero arlésien a proposé une partition de toreo réjouissante, placée sous le sceau de la détermination, de l’engagement et de la maîtrise de ses adversaires. A genoux, de la main gauche ou encore dans des quites de cape au millimètre, Juan Leal a signé sa meilleure prestation dans les arènes de Nîmes, où il a été sacré matador de toros il y a plus de six ans.

Un succès que López Simón aurait pu emboîter sans un échec avec l’épée face à l’excellent premier toro de la corrida de Fuente Ymbro. Une faena souple et cadencée, importante sur le côté gauche, qui aurait mérité une meilleure récompense en cas de réussite à l’épée qu’un simple salut au tiers précédé de la sonnerie d’un avis. Moins à son aise devant le 4e exemplaire de l’après-midi, le torero madrilène a écouté un silence à l’issue d’une faena qui a péché par manque de transmission.

Ginés Marín a proposé une première faena d’un haut niveau gestuel, décrivant des naturelles au ralenti d’une grande densité esthétique devant le maniable 3e toro de Fuente Ymbro. Un ouvrage ponctué d’une estocade décisive qui lui a valu l’octroi logique d’une oreille après la sonnerie d’un avis. La fin de la course a été perturbé par le remplacement du 6e toro de Fuente Ymbro, qui s’était cassé la pointe de la corne après un contact contre le caparaçon du picador Agustín Navarro.

Dans l’impossibilité de pouvoir rentrer l’animal, Ginés Marín a finalement estoqué le toro, étant témoin de la blessure de son banderillero Manuel Izquierdo, blessé à la main gauche en puntillant l’animal. Le torero andalou n’a pas été en mesure de se mettre en évidence devant le sobrero, écoutant un silence. Un après-midi également marqué par l’excellent niveau des cuadrillas, et les saluts des banderilleros Vicente Osuna, Yelco Álvarez, Jesús Arruga, Manolo de los Reyes et Jesús Díez « Fini ».

RESEÑA DES TOROS DE FUENTE YMBRO :

  1. « Soplón », n°46, negro listón, 544 kg (né le 11 février 2015), ovationné à l’arrastre.
  2. « Pardillo », n°19, colorado, 505 kg (né le 14 janvier 2015), applaudi à l’arrastre.
  3. « Gritador », n°170, negro, 513 kg (né le 3 octobre 2013), applaudi à l’arrastre.
  4. « Turulato », n°66, negro listón, 510 kg (né le 13 janvier 2015), légèrement applaudi à l’arrastre.
  5. « Impedido », n°59, negro listón, 514 kg (né le 17 décembre 2014), applaudi à l’arrastre.
  6. « Ostrero », n°27, castaño, 520 kg (né le 14 janvier 2015), silence à l’arrastre.

 

Illustration de l’extraordinaire prestation de Juan Leal en clôture de la Feria des Vendanges, avec ce desplante impressionnant face au 2e toro de Fuente Ymbro (crédit photo : Anthony Maurin).

FERIA DES VENDANGES : L’UNIQUE OREILLE DE LA MATINÉE POUR ENRIQUE PONCE

Posté le 15/09/19

Le matador de toros espagnol Enrique Ponce a coupé l’unique oreille de la corrida qui s’est tenue aux arènes de Nîmes, ce dimanche, en fin de matinée, face à du bétail de Victoriano del Río. Sûr de sa maîtrise et de sa technique, le maestro de Chiva a excellé devant le 4e toro de la course, qui s’était montré brave au cheval, lors d’une lidia menée au millimètre. Une faena de grande composition, ponctuée par la sonnerie d’un avis, au cours de laquelle le toro de Victoriano del Río a montré tout son tempérament, ne facilitant pas la tâche du torero valencian.

Desservi par le manque de forces et de transmission du premier toro de la matinée, Ponce n’avait pas été en mesure de s’illustrer précédemment, écoutant un silence. A ses côtés, Paco Ureña a réalisé une première faena comportant plusieurs passages d’intérêt, notamment sur le côté gauche, lui permettant d’effectuer une vuelta. Mis à l’épreuve par le 5e exemplaire de Victoriano del Río, le torero murciano a encore réalisé un effort conséquent même si son travail s’est avéré plus inégal en rythme et transmission. Un salut au tiers précédé par la sonnerie d’un avis a conclu sa prestation nîmoise.

Peu inspiré par les conditions de ses deux toros, Pablo Aguado a préféré abréger devant le manque de possibilités du 3e Victoriano del Río, qui remplaçait le titulaire, jugé trop faible. Le torero sévillan n’a guère allongé sa faena devant le dernier toro de la matinée, connaissant encore une conclusion difficile avec les aciers. Un silence ponctué par la sonnerie d’un avis a composé ses deux résultats à l’arrastre.

RESEÑA DES TOROS DE VICTORIANO DEL RÍO :

  1. « Horador, n°2, negro, 514 kg (né le 1er mai 2015), silence à l’arrastre.
  2. « Jilguero », n°60, negro, 537 kg (né le 5 septembre 2015), applaudi à l’arrastre.
  3. « Encaminado », n°85, negro mulato, 532 kg (né le 3 septembre 2015), division d’opinions à l’arrastre.
  4. « Despreciado », n°97, negro burraco, 527 kg (né le 14 novembre 2014), applaudi à l’arrastre.
  5. « Dalia », n°92, negro mulato bragado, 525 kg (né le 29 mars 2015), légèrement applaudi à l’arrastre.
  6. « Vampirito », n°106, negro, 540 kg (né le 1er septembre 2015), silence à l’arrastre.

 

Une oreille pour l’art et la ténacité du maestro de Chiva, Enrique Ponce, qui a coupé l’unique trophée de cette corrida de Victoriano del Río (crédit photo : Anthony Maurin).

LA CORRIDA DE CLÔTURE : TOROS BRAVES POUR TOREROS DE CASTE

Posté le 15/09/19

Fuente Ymbro, l’élevage réputé de Ricardo Gallardo, revient à Nîmes après deux années d’absence. Un classique ganadero qui a vu cette année un toro favoriser le triomphe de Perera à Madrid ou encore deux autres exemplaires récompensés d’une vuelta posthume à Valencia et Mont-de-Marsan. Des toros réputés pour leur niveau de bravoure et de combativité, dont le tempérament mettra à l’épreuve trois muletas de caractère : grand triomphateur à Mont-de-Marsan face à cet élevage, trois oreilles en mains, López Simón fera son grand retour à Nîmes. Un torero madrilène qui a également brillé lors de la Feria de San Isidro, à l’instar de Juan Leal. Le torero arlésien, forfait pour Pentecôte, défiera un fer devant lequel il a triomphé cette année à La Brède, un mois après avoir coupé une oreille lors de la Feria de San Isidro, puis brillé de mille feux à Pampelune et Bilbao. Excellent à Madrid et triomphateur à Alicante, Ginés Marín complètera cette affiche face à des toros qu’il lidiera pour la première fois dans une arène française

Corrida à suivre en direct et en intégralité sur les ondes de France Bleu Gard Lozère (90.2 FM / francebleu.fr) à partir de 17h25.

FERIA DES VENDANGES : HORAIRES D’OUVERTURE DES GUICHETS CE WEEK-END

Posté le 15/09/19

Dans la continuité de la vente des places séparées, le bureau de location SCP des arènes de Nîmes entame le sprint final en vue de la Feria des Vendanges. Les vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 septembre, les guichets du 4 rue de la Violette seront ouverts à partir de 9h30, sans interruption, jusqu’à l’heure de la corrida de l’après-midi (17h30). Le standard reste ouvert au 08 91 70 14 01 (0,225 EUR TTC / min).

Détail des gradins des arènes de Nîmes durant une corrida de la dernière Feria de Pentecôte (crédit photo : Anthony Maurin).

LA CORRIDA DE DIMANCHE MATIN : UNE QUESTION DE STYLES

Posté le 15/09/19

Le public nîmois aime les toreros de sentiment. C’est par une ovation nourrie que les spectateurs de l’amphithéâtre romain manifestent cette marque d’affection, fréquemment à l’issue du paseo des corridas du matin. Un spectacle auquel Enrique Ponce est convié depuis un quart de siècle et qui lui sied plutôt bien. Contrarié cette année par une grave blessure au genou sur ses terres de Valencia, le maestro de Chiva revient à Nîmes avec l’envie de marquer les esprits. Auteur à Pentecôte d’un toreo d’une profondeur extrême, Paco Ureña reviendra lui aussi dans la capitale gardoise pour confirmer ses intentions artistiques au cœur d’une saison qui l’a vu triompher à Madrid et Nîmes. Il retrouvera le grand triomphateur de Pentecôte, Pablo Aguado, dont le toreo profond et classique, a conquis le cœur des Nîmois, après ceux des Madrilènes et des Sévillans. Rappelons que c’est face à cet élevage de Victoriano del Río que Paco Ureña et Pablo Aguado ont triomphé avec panache lors de la corrida matinale du Dimanche de Pentecôte, il y a un peu plus de deux mois aux arènes de Nîmes. C’est également devant un exemplaire de Cortés – second fer de Victoriano del Río – qu’Enrique Ponce avait également obtenu la grâce du toro « Devoto », le 15 septembre 2018 aux arènes de Nîmes. Une ganadería indissociable des grands triomphes du maestro de Chiva dans l’amphithéâtre romain au cours des vingt dernières années. 

Corrida à suivre en direct et en intégralité sur les ondes de France Bleu Gard Lozère (90.2 FM / francebleu.fr) à partir de 11h25.

 

Voir les actualités plus anciennes